13 juillet 2020

Les technologies Huawei et ZTE sont des menaces pour la sécurité nationale, selon la FCC

La Commission fédérale américaine des communications a désigné Huawei Technologies Co et ZTE Corp comme des menaces pour la sécurité nationale, une étape vers l’éviction des fabricants chinois du marché américain où les petits transporteurs ruraux dépendent de leur équipement réseau bon marché.

Cette action signifie que l’argent des subventions fédérales utilisé par de nombreux petits transporteurs ruraux ne peut plus être utilisé pour acheter ou entretenir les équipements produits par les entreprises, a déclaré la FCC dans un communiqué de presse.

“Huawei et ZTE ont tous deux des liens étroits avec le Parti communiste chinois et l’appareil militaire chinois”, a déclaré le président de la FCC, Ajit Pai, sur Twitter. “Nous envoyons un message clair : le gouvernement américain, et cette @FCC en particulier, ne peut pas et ne veut pas permettre au Parti communiste chinois d’exploiter les vulnérabilités des réseaux de communication américains”.

La FCC surveille de plus en plus les entreprises chinoises à mesure que les tensions entre Pékin et Washington s’accentuent sur le commerce, le coronavirus et les questions de sécurité. L’agence envisage d’interdire trois compagnies de téléphone chinoises, et l’année dernière a interdit à China Mobile d’entrer sur le marché américain.

Les États-Unis affirment que le matériel de Huawei pourrait être utilisé par la Chine pour l’espionnage.

La société a nié à plusieurs reprises qu’elle pose un risque pour la sécurité et insiste sur le fait qu’elle est indépendante du gouvernement de Pékin.

L’action de mardi formalise une proposition que la FCC a adoptée en novembre. L’agence a également proposé d’exiger des transporteurs qu’ils enlèvent les équipements des entreprises désignées comme une menace – une mesure qui n’a pas été finalisée dans l’action de mardi. Le commissaire de la FCC, Geoffrey Starks, a déclaré mardi que les “équipements non fiables” restaient en place et a demandé à la FCC d’instituer un programme de remplacement.

“Il y a encore beaucoup à faire”, a-t-il déclaré.