10 août 2020

Les prix du pétrole chutent après la hausse de la production de brut de l’OPEP suite à l’augmentation des cas de Covid-19 aux États-Unis

Le prix du pétrole a chuté de 1 % jeudi après que l’OPEP+ a accepté d’assouplir les restrictions d’approvisionnement record et alors que les nouvelles infections du nouveau coronavirus continuent d’augmenter aux États-Unis.

Le Brent et le brut américain de référence sont restés au-dessus de 40 dollars le baril ces dernières semaines. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, connus sous le nom d’OPEP+, ont réduit l’offre quotidienne à partir du mois de mai et la demande mondiale a rebondi, aidant les prix à se stabiliser.

Les craintes d’une seconde vague de cas de Covid-19 – menée par les États-Unis – maintiennent le cap. Près de 600 000 personnes dans le monde sont mortes de la maladie, selon un décompte de Reuters.

Brent a baissé de 42 cents, soit 1 %, pour s’établir à 43,37 dollars le baril. Pétrole brut américain West Texas Intermediate (WTI) a baissé de 45 cents, soit 1,1 %, pour s’établir à 40,75 dollars le baril.

Les deux indices de référence ont augmenté de 2 % mercredi, suite à une forte réduction des stocks de pétrole brut aux États-Unis.

Le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, a déclaré mercredi que les marchés mondiaux du pétrole se rééquilibrent, avec des prix d’environ 40 dollars le baril attendus dans les mois à venir.

L’OPEP+ a convenu mercredi de réduire les réductions de production de pétrole à partir du mois d’août, en réduisant les réductions de 2 millions de barils par jour à 7,7 millions de bpj jusqu’en décembre.

“Personne ne pouvait vraiment s’attendre à ce que l’OPEP+ maintienne les réductions de 9,7 millions de bpj en août”, a déclaré Paola Rodriguez-Masiu, analyste principale des marchés pétroliers chez Rystad Energy. “Augmenter la production de 2 millions de bpj n’est pas peu, mais la reprise de la demande, même si elle est un peu plus lente que prévu, le justifie”.

Le ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré que les réductions de production en août et septembre s’élèveraient à environ 8,1 à 8,3 millions de bpj, soit plus que le chiffre annoncé.

En signe de reprise, le débit quotidien de pétrole brut des raffineries chinoises a augmenté de 9 % en juin par rapport à l’année précédente, atteignant son plus haut niveau jamais enregistré en raison de la hausse de la consommation.