22 septembre 2020

Les Monténégrins défilent pour s’opposer aux rassemblements pro-serbes, symboles après les élections

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Podgorica, la capitale du Monténégro, dimanche soir, pour rejeter l’utilisation des symboles nationaux serbes par les partis d’opposition qui ont remporté les élections la semaine dernière.

Les participants ont agité des drapeaux nationaux et ont crié : “Ce n’est pas la Serbie” et “Nous ne donnons pas le Monténégro”.

Trois alliances de l’opposition ont remporté 41 des 81 sièges lors des élections législatives du 30 août. La principale alliance, For The Future Of Montenegro, qui a remporté 32 % des voix, cherche à resserrer les liens avec la Serbie et la Russie et est soutenue par l’Église orthodoxe serbe. Deux autres alliances, Peace Is Our Nation et l’alliance Noir et Blanc, ont remporté respectivement 12,53 % et 5,53 % des voix. Elles ont déclaré qu’elles se joindraient aux partis pro-serbes pour former le gouvernement.

Des milliers de partisans du parti d’opposition ont célébré la victoire en agitant des drapeaux serbes, en affichant des symboles tchetniks serbes et en utilisant le geste à trois doigts connu sous le nom de salut serbe.

Après l’éclatement de la Yougoslavie en 1992, la Serbie et le Monténégro ont formé un État fédérateur, appelé Serbie et Monténégro, jusqu’à ce qu’ils deviennent chacun indépendants par référendum en 2006. Cependant, environ 30% de la population du Monténégro s’identifie encore comme Serbe et certains nationalistes nient une identité monténégrine distincte.