8 août 2020

Les ministres de la zone euro s’apprêtent à voter sur leur prochain chef

Les ministres des finances de la zone euro doivent élire aujourd’hui leur prochain dirigeant de l’Eurogroupe, suite à la démission du président sortant Mario Centeno.

En juin, le président portugais a annoncé qu’il ne solliciterait pas un second mandat, son mandat devant prendre fin le 13 juillet. Les ministres des finances de la zone euro devront choisir parmi l’Espagnole Nadia Calviño, l’Irlandais Paschal Donohoe et le Luxembourgeois Pierre Gramegna, pour occuper un poste de 2,5 ans renouvelable.

Pour obtenir le poste, une majorité simple est nécessaire. Toutefois, si aucun des candidats ne recueille 10 des 19 voix nécessaires lors du premier tour, chacun d’entre eux sera personnellement informé du nombre de voix qu’il a obtenues, afin qu’il puisse décider de retirer ou non sa candidature.

Bien que les décisions de l’Eurogroupe ne soient pas juridiquement contraignantes, l’organe informel de l’UE est très influent. Le nouveau président prendra ses fonctions dans le cadre de négociations clés sur la réponse budgétaire de l’Union à la pandémie de coronavirus et sur le budget de l’UE pour 2021-2027.

Le vice-premier ministre et ministre de l’économie et de la transformation numérique de l’Espagne, Calviño, est considéré comme le favori pour prendre la relève de Centeno. Avant d’occuper son poste au sein du gouvernement minoritaire espagnol, Mme Calviño a été directrice générale du budget à la Commission européenne.

Mercredi, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a soutenu la candidature de M. Calvino, déclarant qu’elle serait “dans l’intérêt de tous”. Si elle est élue, l’économiste espagnole deviendra la première femme à présider l’Eurogroupe.

La course à la présidence serait le fait de Calviño et du politicien du parti irlandais de droite Fine Gael, Donohoe, qui a exercé un lobbying intense en tant que “constructeur de consensus”.