19 septembre 2020

Les médias contrôlés par l’État biélorusse reprennent leurs émissions avec des équipes de production russes

Les présentateurs de la télévision d’État biélorusse se sont mis en grève ou ont quitté leur emploi, fatigués de donner une image positive des troubles du pays.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, un proche allié du président russe Vladimir Poutine, dirige le pays depuis 1994. Il a remporté une victoire écrasante lors des élections du 9 août, déclenchant des protestations de masse.

Le vote a été dénoncé par des fonctionnaires de l’UE. L’opposition affirme que le principal challenger de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya, a été le vainqueur légitime et souhaite de nouvelles élections.

Loukachenko a déjà déclaré que Poutine avait promis d’envoyer l’aide militaire russe si nécessaire pour réprimer les troubles en cours.

Une directrice d’une chaîne de télévision d’État a déclaré mercredi qu’elle et d’autres travailleurs en grève n’étaient pas autorisés à continuer à faire leur travail, et que des spécialistes russes avaient été amenés à prendre la relève.

Une journaliste a déclaré que, alors qu’elle et ses collègues se rendaient au bureau le matin, un officier de garde leur a dit qu’ils étaient sur une “liste noire” qui, selon elle, comprenait les noms des personnes qui s’étaient plaintes des résultats des élections.

Le directeur de Belarus 3 a déclaré que des équipages russes avaient été envoyés par avion pour remplacer les journalistes bélarussiens qui se sont mis en grève ou ont démissionné.

Auparavant, Loukachenko avait remis des médailles de service distingué à des policiers anti-émeutes accusés de torture et de disparitions forcées pendant les manifestations.