3 août 2020

Les manifestations antiracistes au Royaume-Uni sont “subverties par la violence” : Boris Johnson

Les manifestations antiracistes au Royaume-Uni sont “subverties par la brutalité”, a déclaré le Premier ministre Boris Johnson, condamnant les attaques contre les officiers de police après que les manifestations “Black Lives Matter” organisées à propos du meurtre de George Floyd en prison aient tourné à la violence et que le verrouillage de Covid-19 ait été violé par des milliers de personnes pour un deuxième jour consécutif.

L’Afro-Américain Floyd est mort à Minneapolis le 25 mai dernier après que l’officier de police blanc Derek Chauvin l’ait plaqué au sol et agenouillé sur son cou pendant plus de huit minutes alors que l’homme de 46 ans, menotté, avait le souffle coupé.

Les images, qui sont devenues virales, montrent Floyd suppliant l’officier, disant qu’il ne peut pas respirer. Les quatre policiers vus dans la vidéo ont depuis été inculpés. La mort de Floyd a déclenché de vastes manifestations aux États-Unis et dans de nombreux autres pays.

Johnson s’est exprimé sur les médias sociaux dimanche pour dire que la cause antiraciste des manifestations avait été trahie par la “brutalité” de certains manifestants, la police métropolitaine ayant procédé à 12 arrestations pour trouble de l’ordre public ainsi que pour avoir endommagé des monuments dans le centre de Londres.

“Les gens ont le droit de protester pacifiquement et en observant la distanciation sociale, mais ils n’ont pas le droit d’attaquer la police”, a déclaré M. Johnson.

LISEZ AUSSI : Tenez-vous prêts à jouer l’atout ! Des manifestants pour Trudeau qui s’agenouille lors d’un rassemblement antiraciste

“Ces manifestations ont été subverties par la brutalité – et elles trahissent la cause qu’elles prétendent servir. Les responsables seront tenus de rendre des comptes”, a-t-il déclaré.

La police de Met a déclaré qu’une “petite minorité” de manifestants avait provoqué des scènes de violence et lancé des attaques contre des officiers et des objets, notamment des bouteilles en verre et des feux d’artifice.

Au total, huit policiers ont été blessés et la statue de l’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill sur la place du Parlement ainsi que les monuments de guerre près de Downing Street ont été parmi les monuments visés par les graffitis.

“C’est un mouvement extrêmement passionné et nous comprenons le désir du public de faire entendre sa voix – cependant, il n’est pas juste que cette passion se soit transformée en attaques violentes contre des officiers”, a déclaré le commissaire Jo Edwards, porte-parole de la police de Met pour les protestations.

“La menace du coronavirus reste très réelle, et nous avons besoin que vous vous protégiez, ainsi que vos amis et votre famille”, a déclaré M. Edwards.

Les manifestants se sont rassemblés en masse pendant le week-end à Londres, Bristol, Leicester, Manchester, Wolverhampton, Nottingham, Glasgow et Édimbourg pour une deuxième journée consécutive le dimanche.


A lire également : les autorités américaines bloquent les “tactiques extrêmes” de la police alors que les manifestations entrent dans leur douzième jour

Dans la ville de Bristol, les manifestants ont utilisé des cordes pour abattre la statue de bronze d’Edward Colston, un important marchand d’esclaves du XVIIe siècle et personnage controversé. Après que la statue ait été renversée, un manifestant a été représenté avec son genou sur le cou du personnage, en référence à la vidéo montrant George Floyd, l’homme noir qui est mort alors qu’il était retenu par un officier de police du Minnesota d’une manière similaire.

La statue a ensuite été traînée dans les rues de Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre, et jetée dans le port.

Le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a qualifié cet acte de “tout à fait honteux”, qui mine les protestations antiracistes. Le ministre d’origine indienne avait auparavant exhorté les manifestants à ne pas enfreindre les règles de distanciation sociale mises en place pour freiner la propagation de Covid-19.

“Un petit groupe de personnes a clairement commis un acte criminel en abattant une statue près de Bristol Harbourside. Une enquête sera menée pour identifier les personnes impliquées et nous rassemblons des images de l’incident”, a déclaré le commissaire Andy Bennett de la police locale d’Avon et Somerset.