19 octobre 2020

Les manifestants thaïlandais défient la monarchie alors que d’énormes protestations s’intensifient

Des milliers de manifestants thaïlandais ont défilé près de la résidence officielle du roi dimanche pour remettre en main propre une lettre demandant des restrictions sur le pouvoir et le budget de la famille royale.

Les manifestations antigouvernementales ont commencé en juillet. Les manifestants demandent la démission du premier ministre Prayuth Chan-ocha, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 2014. Ils veulent également des réformes de la monarchie. Quiconque critique la monarchie risque entre 1,5 et 15 ans de prison.

Le gouvernement a organisé des élections l’année dernière, mais elles ont été perçues comme truquées, suscitant la colère du public. Les dernières protestations ont commencé en février après qu’un tribunal a ordonné la dissolution du parti pro-démocratie Future Forward. Cependant, elles ont été retardées en raison des mesures imposées pour ralentir la propagation du coronavirus.

Dimanche, les manifestants ont placé une plaque dans le sol à côté du Grand Palais de Thaïlande. Selon les médias locaux, la plaque indique “Le peuple fait savoir que notre pays appartient au peuple – et non au roi, comme on l’a prétendu à tort”, ce qui fait référence à la révolution de 1932 qui a fait passer le pays d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle.

Les autorités affirment que 18 000 personnes ont rejoint la manifestation de samedi, tandis que d’autres donnent des chiffres plus élevés. D’autres rassemblements sont prévus pour jeudi et les dirigeants de la manifestation ont également appelé à une grève générale le 14 octobre.