15 août 2020

Les livraisons de l’Airbus H1 ont atteint leur niveau le plus bas depuis 16 ans, malgré un rebond de 50% en juin

Par Tim Hepher et Benoit Van Overstraeten

PARIS (Reuters) – Les livraisons d’Airbus ont augmenté de 50 % en juin par rapport à mai et ont atteint leur plus haut niveau depuis que la crise du coronavirus s’est étendue à l’Europe en mars, mais l’accélération de la reprise n’a pas empêché les livraisons du premier semestre de tomber à leur niveau le plus bas depuis 16 ans.

Les chiffres publiés par le planteur européen mercredi dernier soulignent l’effondrement de l’industrie aérospatiale depuis le début de l’année, quelques heures après que les travailleurs d’Airbus confrontés à des licenciements aient organisé leur première grève en 12 ans.

Les livraisons sont passées de 24 en mai à 36 appareils en juin et à 14 en avril. Au cours du premier semestre, les livraisons ont chuté de 49 %, passant à 196 avions contre 389 à la même période l’année dernière.

Airbus a déclaré qu’elle devait faire face à une baisse moyenne de 40 % de ses activités au cours des deux prochaines années, ce qui l’obligera à supprimer 15 000 emplois, soit 11 % de sa main-d’œuvre. Les syndicats s’opposent aux réductions obligatoires.

Face à la baisse de la demande, les avionneurs ont incité les compagnies aériennes à prendre des avions déjà construits en échange d’un accord pour en reporter d’autres à une date ultérieure.

Certains avions, cependant, vont directement en stockage parce que la demande de voyages se rétablit lentement, selon les experts.

Les chiffres du mois de juin laissent penser que les négociations ont été en partie payantes puisqu’Airbus a remis trois gros porteurs A350-900 aux compagnies aériennes européennes malgré une surabondance de gros porteurs.

Mais les livraisons de nombreux autres gros-porteurs chez Airbus et chez le concurrent américain Boeing restent entravées par la faible demande de voyages long-courriers due à la crise.

Selon certaines sources, le mois dernier, Airbus a envoyé des dizaines d’avis de défaut aux compagnies aériennes afin de maintenir les livraisons en cours.

Les compagnies aériennes se concentrant sur leur survie, Airbus n’a pas enregistré de commandes pendant un deuxième mois.

Les commandes brutes à ce jour cette année sont restées à 365 avions, mais les commandes nettes ajustées pour les annulations ont chuté d’une unité à 298, après que le bailleur Avolon ait annulé l’un des 10 A330neos qu’il avait commandés.

(Reportage de Tim Hepher et Benoit Van Overstraeten ; Montage de Chizu Nomiyama et Leslie Adler)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).