14 août 2020

Les introductions en bourse en Asie du Sud-Est connaissent une timide reprise, les émetteurs faisant preuve de courage sur les marchés

Par Anshuman Daga, Liz Lee et Scott Murdoch

SINGAPOUR/KUALA LUMPUR/HONG KONG (Reuters) – Une poignée d’entreprises des secteurs de la technologie et des biens de consommation durables souhaitent lancer des introductions en bourse en Asie du Sud-Est dans le courant de l’année, ce qui laisse présager une reprise après que les marchés frappés par la pandémie et la faible croissance économique ont réduit les levées de fonds.

En Malaisie, le détaillant de bricolage M. DIY a relancé le processus de son introduction en bourse (IPO) de 500 millions de dollars, stimulée par une reprise des affaires, selon des sources familières avec l’affaire.

L’entreprise a refusé de commenter et les sources ont refusé d’être nommées pour des raisons de confidentialité.

Au début du mois, le fournisseur philippin de services à large bande en fibre optique Converge ICT Solutions a déposé une demande d’introduction en bourse d’un montant de 725 millions de dollars, profitant ainsi de l’augmentation du travail à domicile.

Il a tenu jusqu’à 50 réunions avec des investisseurs ce mois-ci pour déterminer la demande pour l’accord, selon une source.

AREIT, le premier fonds d’investissement immobilier des Philippines, collecte également 275 millions de dollars.

L’activité reprend dans la région après avoir été interrompue au premier trimestre.

“Les introductions en bourse qui avaient été planifiées avant la pandémie n’attendent que le bon moment pour revenir”, a déclaré Tham Tuck Seng, partenaire des marchés de capitaux chez PwC à Singapour.

“Nous avons constaté un intérêt accru de la part des émetteurs de soins de santé pour l’inscription à la cote, car le secteur est devenu plus important”, a-t-il déclaré, soulignant également l’intérêt des entreprises de technologie grand public.

Le total des fonds levés lors des introductions en bourse en Asie du Sud-Est est tombé à 1,4 milliard de dollars jusqu’à présent cette année, contre 2,9 milliards de dollars il y a un an, selon les données de Refinitiv. Ce chiffre exclut les 3 milliards de dollars levés par le Central Retail de Thaïlande en février.

Le marché de Hong Kong a recommencé à s’échauffer avec 38 milliards de dollars levés cette année lors d’introductions en bourse et d’inscriptions secondaires, selon Dealogic.

Des sources ont averti qu’un repli des marchés mondiaux ces dernières semaines pourrait encore retarder l’entrée en bourse des entreprises d’Asie du Sud-Est, mais des lancements sont prévus pour la fin de l’année.

L’indice des actions des Philippines a chuté de 25 % jusqu’à présent cette année, tandis que l’Indonésie a perdu 19 % et la Thaïlande 15 %.

En Thaïlande, la filiale de Siam Cement Group spécialisée dans l’emballage teste l’appétit des investisseurs pour son introduction en bourse d’un milliard de dollars, probablement au quatrième trimestre, qui a été suspendue en mars car les marchés ont été touchés par l’épidémie, selon certaines sources. L’entreprise n’a pas répondu à une demande de Reuters.

L’entreprise malaisienne Mr DIY avait mis son introduction en bourse en attente en mars, juste avant que le pays ne soit mis en quarantaine. “La raison pour laquelle l’introduction en bourse a été repoussée est que la reprise des activités de la société a été si rapide”, a déclaré une source.

(Reportage d’Anshuman Daga à Singapour, de Liz Lee à Kuala Lumpur et de Scott Murdoch à Hong Kong ; Reportage complémentaire de Chayut Setboonsarng ; Montage de Richard Pullin)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).