19 septembre 2020

“Les habitants de Hong Kong, épris de liberté, l’emporteraient” : Pompeo s’en prend à la Chine

Condamnant le retard des élections législatives à Hong Kong, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré dimanche que la seule raison de ce report est la crainte de Pékin que les candidats du parti communiste chinois soient écrasés.

“COVID-19 n’est pas la raison du retard dans l’élection. La raison du retard – il était prévu qu’une élection ait lieu à Hong Kong le 6 septembre. La raison de ce retard est que les candidats du Parti communiste chinois seraient écrasés, et que les habitants de Hong Kong, épris de liberté, l’emporteraient, et les dirigeants de Pékin ne peuvent tout simplement pas permettre que cela se produise”, a déclaré Pompeo à Fox News.

Le chef de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé vendredi que les élections du Conseil législatif prévues pour le 6 septembre seront reportées en raison de la menace COVID-19.

“Ecoutez, cela fait partie de ce que nous voyons se produire partout dans la menace du Parti communiste chinois : un déni de liberté accru pour les gens dans leur propre pays ; et ensuite l’extension de ce déni aux gens en dehors de leur pays. Cette loi sur la sécurité nationale peut être appliquée aux gens partout dans le monde”, a déclaré le secrétaire d’État américain.

Pompeo a déclaré qu’il contient des dispositions extraterritoriales selon lesquelles une personne qui se prononce contre la liberté à Hong Kong a violé la loi sur la sécurité nationale et est menacée par le parti communiste chinois.

“C’est une portée nouvelle et accrue, et c’est le genre de chose que nous avons vu comme la direction à prendre par le Parti communiste chinois sous la direction du secrétaire général Xi”, a-t-il déclaré.

Auparavant, dans une déclaration, il avait également condamné la décision de l’administration de Hong Kong de reporter les élections du Conseil législatif et avait exhorté le gouvernement à reconsidérer sa décision.

Pompeo, dans une déclaration, a déclaré que les élections devraient se tenir aussi près que possible de la date du 6 septembre et d’une manière qui reflète la volonté et les aspirations du peuple de Hong Kong.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).