22 octobre 2020

Les États-Unis placent l’Inde sur la liste des pays à surveiller en priorité pour la protection de la propriété intellectuelle

Mercredi, les États-Unis ont placé l’Inde sur la “liste de surveillance prioritaire” en raison du manque d’améliorations mesurables suffisantes de son cadre de propriété intellectuelle sur les “anciens” et “nouveaux défis” qui ont affecté négativement les détenteurs de droits américains au cours de l’année dernière.

Les États-Unis ont placé dix pays, dont certains de leurs principaux partenaires commerciaux comme l’Inde et la Chine, sur la liste, en alléguant que l’application des droits de propriété intellectuelle s’est détériorée ou est restée à des niveaux inadéquats et que les Américains qui comptent sur leur protection ont des difficultés à obtenir un accès juste et équitable au marché.

A lire également : GlaxoSmithKline prévoit de vendre sa participation de 3,7 milliards de dollars dans Hindustan Unilever

Les pays placés sur la liste par l’administration Trump sur les questions liées à la propriété intellectuelle (PI) sont l’Algérie, l’Argentine, le Chili, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Ukraine et le Venezuela.

Trump, Maison Blanche suivre Modi, autres poignées indiennes

Le président américain Donald Trump et le pseudo officiel du président des États-Unis d’Amérique sur Twitter – la Maison Blanche – ont suivi le premier ministre Narendra Modi, le président de l’Inde et d’autres pseudos indiens sur la plateforme des médias sociaux.

À l’heure actuelle, la Maison Blanche suit 13 handles, tous liés à l’administration américaine et à Trump.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →