21 octobre 2020

Les États-Unis ne rejoindront l’OMS que s’ils mettent fin à leur dépendance à l’égard de la Chine : Maison Blanche

Les Etats-Unis vont envisager de rejoindre l’Organisation mondiale de la santé s’ils mettent fin à la corruption et à la dépendance à l’égard de la Chine, a déclaré la Maison Blanche dimanche.

Le président Donald Trump a mis fin vendredi aux relations entre l’Amérique et l’OMS et a accusé l’organisme de santé mondial d’être main dans la main avec la Chine en partageant des informations inexactes avec le monde sur la pandémie de coronavirus qui a tué plus de 370 000 personnes dans le monde, a rapporté l’agence de presse PTI.

“L’OMS doit se réformer. Ce que le président a dit, c’est que si l’OMS réforme et met fin à la corruption et à la dépendance à l’égard de la Chine, les États-Unis envisageront très sérieusement de revenir”, a déclaré Robert O’Brien, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, à ABC News.

Les États-Unis ont déclaré qu’ils consacreront cet argent, plus de 400 millions de dollars qu’ils donnent à l’OMS, à d’autres organismes internationaux de santé publique.

“En attendant, nous allons prendre les 400 millions de dollars que les États-Unis dépensent, contre les 40 millions de dollars que les Chinois dépensent pour l’OMS. Et nous allons nous assurer qu’ils parviennent aux travailleurs de la santé de première ligne, comme nous le faisons avec le PEPFAR en Afrique”, a déclaré M. O’Brien.

LIRE AUSSI : L’OMS et 37 pays lancent une alliance pour partager les outils de lutte contre le Covid-19

“L’OMS ne sauve pas de vies pour les victimes du sida et du VIH en Afrique. Ce sont les États-Unis et nos généreux contribuables qui sauvent ces vies en Afrique. Nous ne le faisons pas par l’intermédiaire de l’OMS. Nous le faisons en tant qu’États-Unis d’Amérique”, a-t-il déclaré.

“Nous allons prendre cet argent et nous assurer qu’il parviendra à Médecins sans frontières, à la Croix-Rouge et aux hôpitaux qui en ont besoin dans le monde entier, et qu’il ne passera pas par une organisation internationale corrompue contrôlée par le Parti communiste chinois. C’est certain”, a déclaré M. O’Brien.

Lors d’un autre talk-show diffusé sur CNN le dimanche, M. O’Brien a déclaré que les États-Unis avaient pris une série de mesures pour traiter avec la Chine et la façon dont ils ont étouffé la liberté à Hong Kong.

“Le président a fait une annonce très importante sur ce front vendredi et le gouvernement américain examine toutes nos relations avec Hong Kong et la Chine. Il y aura donc une réponse et elle sera proportionnelle, mais ce n’est pas quelque chose dont nos adversaires vont s’en sortir gratuitement”, a-t-il ajouté.