10 août 2020

Les États-Unis imposent des restrictions de visa aux employés des entreprises technologiques chinoises qui violent les droits de l’homme

Les États-Unis ont déclaré qu’ils imposaient des restrictions de visa à certains employés d’entreprises technologiques chinoises, dont Huawei, pour avoir fourni “un soutien matériel à des régimes qui se livrent à des violations des droits de l’homme et à des abus au niveau mondial”.

Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a déclaré mercredi que ces actions devraient servir d’avertissement pour les autres entreprises technologiques, ajoutant que si elles font des affaires avec Huawei, “elles font des affaires avec des auteurs de violations des droits de l’homme”.

Pompeo a déjà décrit Huawei et d’autres entreprises soutenues par l’État chinois comme des “chevaux de Troie pour les services de renseignements chinois”. “Les entreprises touchées par l’action d’aujourd’hui comprennent Huawei, une branche de l’État de surveillance du PCC qui censure les dissidents politiques et permet des camps d’internement de masse dans le Xinjiang et la servitude sous contrat de sa population expédiée dans toute la Chine. Certains employés de Huawei apportent un soutien matériel au régime du PCC qui commet des violations des droits de l’homme”, a déclaré Pompeo dans une déclaration séparée.

Cette décision est considérée comme la dernière mesure prise pour punir les violations présumées des droits de l’homme commises par le Parti communiste chinois à l’encontre de la minorité musulmane de Chine. Elle intervient également au lendemain de l’annonce par le Royaume-Uni de son intention d’interdire à Huawei de jouer un rôle dans le développement de son réseau 5G.

Mardi, le président Donald Trump a émis un ordre pour mettre fin au statut spécial de Hong Kong avec les États-Unis et a signé une loi qui sanctionnerait les fonctionnaires chinois chargés de réprimer la dissidence politique dans la ville.