7 août 2020

Les Etats-Unis imposent de nouvelles sanctions au leader tchétchène Kadyrov et aux membres de sa famille

Lundi, les États-Unis ont imposé des sanctions supplémentaires à Ramzan Kadyrov, le dirigeant de la région tchétchène soutenue par Moscou, “pour de nombreuses violations flagrantes des droits de l’homme”, l’empêchant de se rendre aux États-Unis.

Le département d’État américain a déclaré que, pendant plus d’une décennie, Kadyrov, âgé de 43 ans, avait été responsable d’abus, notamment de tortures et d’exécutions extrajudiciaires. La dernière désignation de Washington étend les sanctions existantes à la femme et aux deux filles de Kadyrov, y compris l’interdiction de visa.

“L’action d’aujourd’hui sert à informer M. Kadyrov que son implication dans des violations flagrantes des droits de l’homme a des conséquences, tant pour lui que pour sa famille, et que les États-Unis s’engagent à utiliser tous les outils à leur disposition pour garantir que ceux qui se livrent à ce comportement odieux répondent de leurs actes”, a déclaré le secrétaire d’État Mike Pompeo dans un communiqué.

Kadyrov a répondu aux dernières sanctions sur son blog : “Pompeo, nous acceptons le combat. Ce sera encore plus amusant plus tard”, a-t-il écrit sous une photo de lui tenant deux mitrailleuses dans un dépôt d’armes.

Les groupes de défense des droits ont accusé à plusieurs reprises Kadyrov de sévir contre les personnes LGBTI, les défenseurs des droits de l’homme et les médias. Les autorités tchétchènes ont nié ces accusations.