27 octobre 2020

Les États-Unis et la Belgique concluent un accord de pré-dédouanement pour les passagers aériens

Les États-Unis et la Belgique ont déclaré lundi qu’ils étaient parvenus à un accord de “pré-dédouanement” qui permettra aux passagers à destination des États-Unis en provenance de Bruxelles de se soumettre à des contrôles de douane et d’immigration avant de quitter l’Europe.

L’accord a été signé à Bruxelles par l’ambassadeur américain en Belgique, Ronald Gidwitz, et le ministre belge des affaires étrangères et de la défense, Philippe Goffin.

Le prédédouanement accélère le flux de passagers car il permet d’accomplir les formalités de douane et d’immigration avant que les passagers ne montent à bord de leur vol vers les États-Unis. Bruxelles serait le troisième aéroport européen à bénéficier d’une telle facilité, les deux autres étant les aéroports irlandais de Dublin et Shannon.

Cela donnera à Bruxelles un avantage lorsqu’il s’agira d’attirer des passagers, car l’entrée aux États-Unis est lente en raison de procédures complexes. Les passagers qui ont passé le prédédouanement à Bruxelles seront traités comme des passagers nationaux lorsqu’ils atterriront aux États-Unis.

Le concept d’une telle installation à Bruxelles a été discuté pour la première fois en 2017. Selon l’accord, 30 douaniers américains travailleront à partir de l’aéroport de Bruxelles.

“Cet accord bilatéral renforce le partenariat de sécurité entre les États-Unis et la Belgique et aidera nos pays à arrêter les mauvais acteurs le plus tôt possible dans le continuum de voyage”, a déclaré le commissaire par intérim Mark Morgan du service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis.

L’accord doit être ratifié par le Parlement belge, et des accords techniques doivent être conclus avec la Brussels Airport Company.