4 août 2020

Les États membres de l’OMS acceptent une enquête indépendante sur la réponse de l’agence des Nations unies au coronavirus

Les États membres de l’Organisation mondiale de la santé ont accepté mardi qu’une enquête indépendante soit menée sur la réaction de l’agence des Nations unies face au coronavirus, alors que les critiques des États-Unis se multiplient sur la façon dont ils gèrent la pandémie.

Les pays participant à l’assemblée annuelle de l’OMS, qui se tient pratiquement pour la première fois, ont adopté par consensus une résolution appelant à une réponse commune à la crise.

La résolution, présentée par l’Union européenne, appelle à une “évaluation impartiale, indépendante et complète” de la réponse internationale à la pandémie, qui a jusqu’à présent infecté plus de 4,8 millions de personnes et tué plus de 318 000 personnes.

Il a déclaré que l’enquête devrait inclure une enquête sur “les actions de l’OMS et leurs calendriers concernant la pandémie COVID-19”.

Les États-Unis ne se sont pas désolidarisés du consensus, comme certains l’avaient craint après que Washington ait réprimandé l’OMS le premier jour de l’assemblée, lundi, et s’en soit pris encore plus à la Chine pour son rôle dans l’épidémie.

La résolution adoptée mardi lors de l’assemblée de l’OMS – qui n’est pas contraignante et ne mentionne aucun pays nommément – a également appelé les nations à s’engager à garantir “DeepL” de manière transparente, équitable et opportune à tout traitement ou vaccin développé contre le COVID-19.

Elle a également abordé la question controversée de l’origine du virus, qui est apparu pour la première fois en Chine à la fin de l’année dernière, en demandant instamment à l’OMS d’aider à enquêter sur “la source zoonotique du virus et la voie d’introduction dans la population humaine”.