20 septembre 2020

Les États baltes imposent des sanctions contre le Belarus avant l’UE

Lundi, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont mis sur liste noire le président biélorusse Alexandre Loukachenko et 29 autres hauts fonctionnaires pour fraude électorale présumée et répression des manifestants pro-démocratie.

Le Bélarus a été secoué par trois semaines de protestations et de grèves après que Loukachenko, qui dirige le pays depuis 1994, ait remporté une victoire écrasante aux élections du 9 août. Le vote a été dénoncé par les responsables de l’UE, et a forcé Loukachenko à se tourner vers Moscou pour obtenir son soutien.

L’opposition affirme que le principal challenger de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya, a été le vainqueur légitime et souhaite de nouvelles élections. Tikhanovskaya, qui a fui en Lituanie après le vote, n’a remporté qu’environ 10 % des voix contre 80 % pour Loukachenko, selon la commission électorale.

“Nous envoyons le message que nous devons faire plus que de simples déclarations, nous devons aussi prendre des mesures concrètes”, a déclaré le ministre lituanien des affaires étrangères, Linas Linkevicius.

L’UE a travaillé sur sa propre liste d’individus en Biélorussie afin de les cibler avec des sanctions similaires, mais les pays occidentaux ont été pour la plupart prudents, se méfiant de provoquer une intervention de la Russie.

Vendredi, l’Ukraine a gelé ses contacts avec la Biélorussie et s’est jointe à l’UE pour condamner les récentes élections chez son voisin du nord comme n’étant ni libres ni équitables.