19 septembre 2020

Les envois de fonds mondiaux pourraient perdre 108,6 milliards de dollars en 2020 ; l’Asie du Sud sera la plus touchée

Alors que le monde traverse une récession sans précédent dans le contexte de la pandémie, les envois de fonds mondiaux pourraient diminuer de 108,6 milliards de dollars en 2020 si l’impact économique de Covid-19 persiste tout au long de l’année, selon un rapport de la Banque asiatique de développement (BAD).

Le rapport publié lundi a noté que la pandémie continue de peser lourdement sur les systèmes économiques et l’emploi dans le monde entier. Les travailleurs migrants font partie des groupes les plus touchés, beaucoup d’entre eux étant confrontés à une sécurité de l’emploi insuffisante et à un accès limité à l’aide sociale, selon le rapport.

Le chômage à grande échelle et la réduction des salaires des travailleurs migrants menacent également le bien-être de nombreux ménages en Asie et dans le Pacifique qui dépendent des transferts de fonds pour satisfaire leurs besoins quotidiens, selon le rapport de la BAD.

“Selon notre pire scénario, où l’impact économique du Covid-19 persiste tout au long de l’année et se dissipe à mi-chemin dans les trois derniers mois de l’épidémie, les envois de fonds mondiaux diminueront de 108,6 milliards de dollars en 2020”, a-t-il déclaré.

A lire également : L’économie européenne plonge dans la pire récession au milieu de la crise du Covid-19

Cela équivaut à une baisse de 18,3 % par rapport à ce qui aurait été prévu sans l’impact de Covid-19.

Les recettes des envois de fonds en Asie et dans le Pacifique diminueraient de 54,3 milliards de dollars, ce qui équivaut à 19,8 % des envois de fonds en 2018.

Les envois de fonds en Asie du Sud devraient connaître la plus forte baisse, de 28,6 milliards de dollars, soit 24,7 % des recettes de 2018, suivis par les envois de fonds vers l’Asie centrale (3,4 milliards de dollars) et l’Asie du Sud-Est (11,7 milliards de dollars).

Les recherches de la BAD ont montré que la majeure partie de la baisse des flux d’envois de fonds vers la région s’explique par une chute de 22,5 milliards de dollars des envois de fonds en provenance du Moyen-Orient, ce qui représente 41,4 % de la perte totale des envois de fonds en Asie.

Il s’ensuit une chute de 20,5 milliards de dollars des transferts de fonds des États-Unis, soit 37,9 % du total.