12 août 2020

Les entreprises indiennes les plus touchées par l’épidémie de Covid-19, selon Amazon

Vendredi, Amazon a déclaré que le plus gros impact de la pandémie de Covid-19 était en Inde.

Lors de l’annonce des résultats de l’entreprise vendredi, Brian T Olsavsky, vice-président et directeur financier d’Amazon, a déclaré que la société de commerce électronique ne livrait que des produits essentiels, comme des produits d’épicerie, ce qui réduisait beaucoup de ses offres dans le pays. “Nous nous développerons lorsque le gouvernement indien annoncera que nous sommes autorisés à reprendre nos activités”, a-t-il déclaré.

Comme sur son marché domestique aux États-Unis, Amazon en Inde est opposé à Walmart, qui a acquis Flipkart en 2018 pour 16 milliards de dollars. L’entreprise de commerce électronique JioMart, dirigée par Mukesh Ambani, commence également à se faire remarquer. Le mois dernier, Facebook a annoncé un investissement de 5,7 milliards de dollars dans Reliance Jio Platforms pour une participation de 9,99 %.

A lire également : Coronavirus en direct : la FDA autorise l’utilisation en urgence du médicament expérimental de Gilead

“La crise actuelle démontre l’adaptabilité et la durabilité des activités d’Amazon comme jamais auparavant, mais c’est aussi la période la plus difficile que nous ayons jamais connue”, a déclaré Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon.

“Le service que nous fournissons n’a jamais été aussi critique”.

Selon des initiés et des analystes du secteur, les débouchés commerciaux du commerce en ligne dans le pays devraient atteindre 200 milliards de dollars d’ici 2028, contre 30 milliards en 2018. Cependant, pendant la phase de fermeture, les entreprises de commerce électronique ne sont autorisées à vendre que des produits essentiels comme les produits d’épicerie, les fournitures médicales et les aliments pour bébés.

graphique

Comme le gouvernement a prolongé le verrouillage pour deux semaines supplémentaires, selon une nouvelle enquête de la plateforme communautaire LocalCircles, environ 78 % des consommateurs souhaitent que le gouvernement autorise les plateformes de commerce électronique à livrer tous les biens au-delà de l’essentiel. Après la levée du blocus, les consommateurs déclarent qu’ils préféreront acheter des articles de première nécessité dans les magasins locaux (en magasin ou à la livraison) et sur les sites de commerce électronique. Seuls 4 % ont déclaré qu’ils iraient dans les centres commerciaux pour acheter ces articles.

A lire également : Lockdown 3.0 ouvre la porte aux moyens de subsistance ; les voyages en avion et en train restent interdits

L’enquête montre que les gens ont désespérément besoin de produits autres que l’épicerie, car ils ont commencé à travailler à la maison et les enfants de nombreuses familles apprennent en ligne. Selon le sondage réalisé à la mi-avril, 68 % des parents ont déclaré que leurs enfants avaient besoin de manuels scolaires en plus des cours en ligne pour devenir plus efficaces, tandis que 24 % ont déclaré qu’ils ne disposaient pas d’un écran (ordinateur de bureau, portable, tablette) pour que les enfants puissent accéder aux cours en ligne. Environ 43 % des ménages ont déclaré avoir besoin de fournitures de bureau et de fournitures scolaires, tandis que 33 % ont déclaré avoir besoin d’un gadget de toute urgence.

“Aucune de ces demandes ne pouvait être satisfaite car le commerce électronique ne fournissait que l’essentiel”, a déclaré LocalCircles.

En début de semaine, le chef d’Amazon India, Amit Agarwal, a demandé au gouvernement d’autoriser la société à livrer tous les produits (pas seulement les produits de première nécessité) dont les citoyens ont besoin sur une longue période, afin qu’ils puissent rester en sécurité. “Le commerce électronique offre le moyen le plus sûr d’assurer la distanciation sociale, de sauver des vies et des moyens de subsistance”, avait-il tweeté.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →