27 octobre 2020

Les électeurs suisses rejettent les restrictions au pacte européen de libre circulation

Les électeurs suisses ont rejeté dimanche la tentative de l’extrême droite Parti populaire suisse (UDC) de mettre au rebut un pacte permettant la libre circulation des personnes de l’Union européenne vers une nation où les étrangers représentent un quart de la population de 8,6 millions d’habitants.

L’initiative “Pour une immigration modérée (Initiative de limitation)” était l’une des cinq questions distinctes sur lesquelles les électeurs suisses se sont prononcés lors d’un vote national, et a été rejetée avec 62 % des voix, a déclaré le gouvernement suisse.

Les partisans de la lutte contre la libre circulation ont affirmé qu’un résultat positif permettrait à la Suisse de contrôler plus efficacement ses frontières, afin de freiner l’immigration dans le pays.

Les données fournies par l’Union montrent qu’environ 1,4 million de citoyens européens vivent en Suisse et 450 000 Suisses vivent dans l’UE, tandis que 320 000 autres citoyens européens traversent quotidiennement la frontière pour travailler en Suisse.

L’UE s’est félicitée de ce résultat en indiquant que les citoyens suisses apprécient ces liens, car “leur vote confirme l’un des piliers fondamentaux de nos relations : la liberté mutuelle de circuler, de vivre et de travailler en Suisse et dans l’UE”.

Charles Michel, le président du Conseil de l’UE, a tweeté qu'”aujourd’hui est un grand jour pour les relations entre l’Union européenne et la Suisse”.

“Le peuple suisse a parlé &amp ; il a envoyé un message clair : ensemble, nous avons un grand avenir devant nous”, a ajouté M. Michel.

Bien que la Suisse ne soit pas membre de l’Union européenne, elle a adhéré à certains de ses principes clés, comme la liberté de circulation.