15 août 2020

Les dix premiers pays à adopter le travail à domicile comme “nouvelle norme

La pandémie de coronavirus a remodelé la façon de travailler, avec une tendance croissante des employés travaillant à domicile.

Une nouvelle étude menée par la société d’innovation en matière d’espace de travail Instant Group a révélé que 80 % des lieux de travail en Allemagne disposent désormais d’une politique de travail flexible. Le pays a déjà présenté son projet de loi sur le “droit de travailler à domicile”, qui vise à encourager une plus grande flexibilité.

Les Pays-Bas occupent la deuxième place avec 75 %, suivis par l’Australie (71 %), les États-Unis (69 %), le Canada et le Royaume-Uni (68 %), le Brésil (67 %), l’Afrique du Sud (62 %), l’Espagne (61 %) et la France (60 %).

L’étude a révélé qu’une main-d’œuvre éloignée présente également des avantages financiers, car les entreprises économisent sur l’espace de bureau. Dans ce contexte, 65% des travailleurs au Royaume-Uni ont déclaré être plus productifs dans leur bureau à domicile que dans leur bureau habituel. Les employés au Royaume-Uni ont le droit légal de demander un travail flexible en vertu de la loi sur les droits de l’emploi.

79 % des travailleurs sud-africains considèrent le travail à domicile comme la nouvelle norme. Le Canada occupe la deuxième place avec 77 %, suivi des États-Unis, de l’Australie et de l’Espagne avec 74 %, des Pays-Bas et du Royaume-Uni (73 %), du Brésil (72 %), de l’Allemagne et de la France (68 %).

La plupart des grandes entreprises ont déjà adopté des politiques permettant aux employés de travailler à domicile. Les employés d’Amazon et de Microsoft ont la possibilité de travailler à domicile jusqu’en octobre, ceux de Google et de Facebook jusqu’à la fin de l’année, tandis que Twitter a permis à ses employés de travailler à domicile de façon permanente.

“Compte tenu de ces tendances, il est raisonnable de penser que le droit de travailler à domicile pourrait aider les entreprises à retenir des talents plus diversifiés, à économiser sur les coûts de rotation et à profiter des avantages d’une main-d’œuvre plus heureuse et plus engagée”, a déclaré John Williams, un chercheur du projet.