10 août 2020

Les discussions se poursuivent sur l’exécution du budget à long terme de l’Union européenne

Les institutions de l’Union européenne (UE) ont entamé des discussions sur la mise en œuvre d’un plan de relance massif lié au prochain budget septennal du bloc, qui a été convenu lors d’une réunion au sommet ce mois-ci.

Leur objectif est également de conclure un accord avec le Parlement européen, qui exige des améliorations significatives des plans, rapporte l’agence de presse Xinhua.

Lors d’un appel téléphonique mercredi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a discuté de la question avec le président du Parlement européen (PE) David Sassoli et la chancelière allemande Angela Merkel, qui préside la présidence tournante du Conseil de l’UE.

La Commission européenne a déclaré dans une déclaration que les trois dirigeants avaient discuté des prochaines étapes de l’adoption du plan de relance de l’UE et du prochain cadre financier pluriannuel (CFP).

La semaine dernière, une majorité importante de membres du Parlement européen (MPE) a demandé des changements significatifs à l’accord sur le budget de l’UE, disant qu’ils étaient prêts à le bloquer s’il n’était pas amélioré.

Plusieurs députés européens ont déclaré lors de la session plénière extraordinaire du PE la semaine dernière qu’ils étaient déçus que de nombreuses priorités du CFP aient vu leur financement considérablement réduit, alors que d’autres fonds avaient été transférés au plan de relance de la pandémie.

Une résolution avertissant que le budget à long terme pourrait être bloqué à moins d’être amélioré a été adoptée par 465 voix pour et 150 contre.

Les députés européens devraient voter sur le CFP dans le courant de l’année.

Il a fallu quatre jours aux chefs d’État et de gouvernement des 27 États membres de l’UE pour parvenir à un accord sur le CFP de plus de 1 000 milliards d’euros, en conjonction avec un plan de relance économique de 750 milliards d’euros qui vise à aider les pays de l’UE à rebondir après la récession provoquée par la pandémie de coronavirus.

Von der Leyen, Sassoli et Merkel ont également évoqué les négociations interinstitutionnelles qui se profilent à l’horizon pour permettre une adoption rapide du paquet en s’appuyant sur l’accord conclu par le Conseil européen et sur la résolution adoptée par le Parlement européen.

Selon la déclaration de la Commission, les trois dirigeants ont réaffirmé que la conclusion rapide d’un bon accord est leur priorité absolue pour les semaines à venir et ont convenu qu’il n’y avait pas de temps à perdre.

Ils se sont mis d’accord sur une méthode et un calendrier pour garantir que le plan de relance sera en place d’ici le 1er janvier 2021.

Pour que le plan de relance devienne opérationnel, le Parlement européen s’est dit prêt à donner son avis sur le système des ressources propres de l’UE le plus rapidement possible.

Après l’adoption formelle de cette décision par le Conseil, les États membres devront ensuite la ratifier.

Les négociations sur les programmes sectoriels dans le cadre du prochain CFP doivent également être achevées avant la fin de l’année.

–IANS

ksk/

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).