15 août 2020

Les dirigeants mondiaux ne se réuniront pas à l’Assemblée des Nations unies pour la première fois depuis 75 ans : Président

Le président de l’Assemblée générale des Nations unies a déclaré lundi que les dirigeants du monde entier ne se rendraient pas à New York pour leur réunion annuelle fin septembre pour la première fois en 75 ans d’histoire des Nations unies en raison de la pandémie de Covid-19.

Mais Tijjani Muhammad-Bande a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il espère annoncer dans les deux prochaines semaines comment les 193 chefs d’État et de gouvernement vont prononcer leurs discours sur les questions locales et mondiales urgentes lors du “débat général” de l’assemblée.

Les dirigeants du monde ne peuvent pas venir à New York parce qu’ils ne peuvent pas venir simplement en tant qu’individus, a-t-il dit.

Un président ne voyage pas seul, les dirigeants ne voyagent pas seuls et il est impossible d’amener de grandes délégations à New York pendant la pandémie.

Nous ne pouvons pas les avoir en personne comme nous l’avons fait au cours des 74 dernières années, mais cela arrivera, a dit Muhammad-Bande à propos de l’événement annuel.

Le mois dernier, le secrétaire général Antonio Guterres a recommandé que la réunion des dirigeants mondiaux, qui était censée célébrer le 75e anniversaire des Nations unies, soit considérablement réduite en raison de la pandémie.

Dans une lettre adressée au président de l’Assemblée générale, António Guterres a suggéré que les chefs d’État et de gouvernement délivrent plutôt des messages préenregistrés, avec un seul diplomate basé à New York pour chacun des 193 pays membres de l’ONU présent dans la salle de réunion.

Muhammad-Bande a déclaré lundi que d’ici la fin septembre, une centaine de personnes pourraient être autorisées à entrer dans la salle de l’Assemblée générale.

La réunion des dirigeants mondiaux réunit généralement des milliers de fonctionnaires, de diplomates et de représentants de la société civile à New York pour plus d’une semaine de discours, de dîners, de réceptions, de rencontres individuelles et de centaines d’événements parallèles.

Cette année, un nombre particulièrement important de dirigeants devaient se rendre au siège des Nations unies pour célébrer la fondation de l’Organisation en 1945 sur les cendres de la Seconde Guerre mondiale.

Muhammad-Bande a déclaré que la célébration du 75ème anniversaire n’est pas conçue comme un moment unique mais qu’elle se poursuivra tout au long de l’année à partir du 26 juin, date du 75ème anniversaire de la signature de la Charte des Nations Unies à San Francisco.

Il a déclaré qu’une déclaration politique sur les Nations unies à 75 ans est également en cours de négociation et que les dirigeants du monde entier n’auront pas l’occasion de marquer l’occasion en personne.