23 septembre 2020

Les dirigeants européens se réunissent d’urgence au sujet du Belarus

Les dirigeants européens doivent tenir une réunion virtuelle mercredi, pour discuter des prochaines étapes pour le Belarus, où des affrontements entre la police et les manifestants secouent la capitale, Minsk, après qu’une élection contestée ait montré qu’Aleksander Loukachenko, dirigeant de longue date, a remporté un sixième mandat en tant que président du Belarus.

La nouvelle pour le sommet en ligne a été annoncée par le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, qui a tweeté lundi que “le peuple du Belarus a le droit de décider de son avenir et d’élire librement son dirigeant”.

De même, le chef de la politique étrangère du bloc, Josep Borrell, a tweeté que lors de la réunion spéciale du Conseil de l’UE, il fera le point sur les travaux des chefs d’État et de gouvernement de l’UE “sur les travaux visant à sanctionner les responsables de la violence, de la répression et de la falsification des résultats des élections”.

“La population bélarussienne veut du changement et le veut maintenant. L’UE est à ses côtés”, a ajouté M. Borrell.

Mardi, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron ont exhorté le président russe Vladimir Poutine à faire pression en faveur d’un dialogue au Belarus, après que la Russie ait offert à Loukachenko une assistance militaire si nécessaire pour maintenir le pouvoir.

Vendredi, les ministres des affaires étrangères du bloc s’étaient réunis en ligne pour discuter de la situation au Belarus, des récents développements à Beyrouth et des tensions gréco-turques croissantes en Méditerranée orientale. Lors du Conseil des affaires étrangères (CAA), les ministres ont convenu de rédiger une liste de cibles pour les sanctions contre les responsables de la violence et de la falsification des votes lors des élections en Biélorussie.

Les manifestations massives de dimanche à Minsk
Plus de 200 000 personnes sont descendues dans la rue dimanche lors de la marche pour la liberté pour protester contre le résultat des élections du 9 août, qui ont donné à Loukachenko une victoire écrasante. Le rassemblement de dimanche a été la plus grande manifestation à ce jour contre ce que les manifestants ont déclaré être une élection truquée qui a donné à Loukachenko plus de 80% des voix, alors que sa rivale, Svetlana Tikhanovskaya, n’en a obtenu que 9,9%.

Quelque 7 000 manifestants ont été détenus par les autorités dans le cadre de la répression post-électorale, avec des centaines de blessés et au moins deux morts, selon les médias locaux. Le ministère de l’intérieur a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’arrestations lors des rassemblements.

Loukachenko a rejeté les appels à répéter le vote, en disant que “si nous suivons leur exemple (et relançons l’élection), nous périrons en tant qu’État”.