7 août 2020

Les dépenses mondiales en matière de cybersécurité devraient augmenter de 2,5 à 5,6 % en 2020 : Canalys

Les dépenses mondiales en matière de cybersécurité devraient augmenter de 2,5 à 5,6 % en 2020, car les menaces et les vulnérabilités persistent pour les organisations, et le passage au travail à distance pendant le confinement rend important pour les entreprises d’investir dans l’extension du périmètre de défense, a déclaré lundi le cabinet de recherche Canalys.

Les dépenses en matière de cybersécurité pourraient augmenter de 2,5 % pour atteindre 41,9 milliards de dollars dans le pire des cas si les budgets informatiques sont soumis à une forte pression en supposant que l’impact économique négatif et la durée de la pandémie de Covid-19 soient au maximum.

Canalys prévoit que les dépenses en matière de cybersécurité pourraient augmenter de 5,6 % dans son meilleur scénario, la valeur globale des expéditions – couvrant la sécurité des terminaux, la sécurité des réseaux, la sécurité du web et du courrier électronique, la sécurité des données et les analyses de vulnérabilité et de sécurité – devant atteindre 43,1 milliards de dollars.

La cybersécurité restera une priorité absolue pour la plupart des organisations en 2020, car les menaces et les vulnérabilités persistent et la conformité, les réglementations et les exigences relatives aux écosystèmes se renforcent, a déclaré M. Canalys dans une déclaration.

Elle a soutenu le passage massif au travail à distance pendant le verrouillage en sécurisant les terminaux nouvellement approvisionnés, en fournissant un accès sécurisé aux ressources de l’entreprise et en étendant les défenses du périmètre au-delà des réseaux physiques de l’entreprise, a ajouté la déclaration.

“Le passage aux abonnements protégera la cybersécurité des réductions immédiates des dépenses informatiques, mais les dépenses supplémentaires seront affectées pour le reste de l’année, alors que les organisations entament la prochaine étape de leur réponse à la pandémie”, a déclaré Matthew Ball, analyste en chef chez Canalys.

A lire également : La cybersécurité, priorité absolue des DSI indiens après la pandémie de Covid-19 : Adobe

Il a ajouté que le passage des essais gratuits aux abonnements payants sera un facteur de maintien de la croissance de la cybersécurité.

“Mais la combinaison de mesures de maîtrise des coûts, de réduction des effectifs et de problèmes de trésorerie entraînera un examen plus minutieux des projets existants et des petits contrats. Les retards et les annulations de nouvelles initiatives vont augmenter, sauf celles qui permettent de réduire les coûts et de garantir des initiatives de transformation numérique hautement prioritaires”, a-t-il déclaré.

La sécurité des points d’accès devrait connaître des taux de croissance élevés (8,5 %), grâce à l’extension des pratiques de travail à distance, même si la dynamique pourrait ralentir après les investissements importants réalisés au premier trimestre, en particulier dans les segments de clientèle des PME.

La sécurité des réseaux restera le segment le plus important, avec 36 % des dépenses. Cependant, la redéfinition des priorités budgétaires va défocaliser les dépenses sur les défenses périmétriques traditionnelles basées sur des appareils et entraîner des taux de croissance négatifs (-0,9 %).

“Les organisations devront augmenter leurs dépenses dans d’autres domaines de leur pile de sécurité pour faire face aux nouvelles vulnérabilités créées par une main-d’œuvre plus décentralisée grâce à une prévention multicouche ainsi qu’à la détection et à la réaction. Cela comprendra la sécurité du web et du courrier électronique, la sécurité des données, ainsi que l’analyse des vulnérabilités et de la sécurité”, indique la déclaration.

Les dépenses vont également se déplacer vers les options de déploiement du cloud et la sécurisation des charges de travail déployées dans le nuage, car les organisations optimisent les mesures de continuité des activités et accélèrent la migration vers le cloud, a déclaré M. Canalys.

Ketaki Borade, l’analyste de recherche chez Canalys, a déclaré que les pirates informatiques continuent de cibler les organisations et les individus en compromettant les travailleurs à distance non sécurisés et mal formés via de nombreux vecteurs, y compris le courrier électronique, l’ingénierie sociale et les attaques de force brute RDP (Remote Desktop Protocol).

“Les organisations devront réévaluer les changements apportés aux flux de travail, à l’utilisation des applications, à l’engagement des clients et à la formation à la sensibilisation à la cybersécurité dans un lieu de travail plus virtuel”, a ajouté M. Borade.