13 juillet 2020

Les compagnies aériennes internationales lancent une enquête sur les pilotes et le personnel de Pak à propos des fausses licences

Plusieurs compagnies aériennes internationales, dont Qatar Airways, ont lancé une enquête sur les employés pakistanais et les ont cloués au sol jusqu’à nouvel ordre après que les autorités aient rapporté que pas moins de 262 pilotes détenaient de fausses licences, selon un rapport des médias.

La semaine dernière, la Pakistan International Airlines (PIA), à court d’argent, a cloué au sol 150 pilotes avec des “licences douteuses” après que le rapport préliminaire de l’enquête sur l’accident d’avion de Karachi le 22 mai dernier ait blâmé les pilotes et le contrôle du trafic aérien pour la tragédie qui a tué 97 personnes.

L’Express Tribune, citant des sources, a rapporté dimanche que Kuwait Air a cloué au sol sept pilotes et 56 ingénieurs pakistanais, tandis que Qatar Airways, Oman Air et Vietnam Airlines ont compilé des listes de pilotes, d’ingénieurs et de personnel d’assistance au sol pakistanais.

Ils ont dit que les employés dont les noms sont sur les listes resteront punis jusqu’à ce qu’un rapport soit reçu des autorités pakistanaises, a-t-il ajouté.

Le transporteur national a écrit aux missions étrangères et aux organismes mondiaux de réglementation et de sécurité, leur assurant qu’il avait cloué au sol les 141 pilotes soupçonnés d’avoir obtenu des licences par des moyens déloyaux, a déclaré samedi un porte-parole de la PIA, selon le rapport.

Signé par le directeur général de la PIA, Arshad Malik, la lettre a été envoyée à tous les chefs de missions étrangères au Pakistan ainsi qu’aux régulateurs de l’aviation internationale et aux agences de contrôle de la sécurité, a déclaré le porte-parole.

Le ministre pakistanais de l’aviation, Ghulam Sarwar, a déclaré la semaine dernière que le gouvernement avait demandé à diverses compagnies aériennes commerciales, aéroclubs et compagnies de charters d’immobiliser au sol un total de 262 pilotes jusqu’à ce que les enquêtes sur leurs qualifications soient terminées, a-t-il ajouté.

Cette action a été déclenchée par le rapport préliminaire sur le crash de l’avion de la PIA à Karachi le mois dernier, qui a révélé que les pilotes n’avaient pas suivi les procédures standard.

Les organismes mondiaux de sécurité et de transport ont exprimé leur inquiétude concernant les licences prétendument douteuses et ont déclaré qu’ils étudiaient la question.

Malik avait également informé le ministère de l’aviation des mesures de sécurité aérienne. Les 262 pilotes – 109 pilotes commerciaux et 153 pilotes de transport aérien – ont été cloués au sol vendredi, en attendant la conclusion des enquêtes menées à leur encontre. Parmi eux, 141 de PIA, 9 d’Air Blue, 10 de Serene Airline et 17 de Shaheen Airlines, qui a fermé ses portes, selon le rapport.

Le ministre de l’aviation a déclaré que la décision d’immobiliser les pilotes au sol contribuerait à apaiser les inquiétudes mondiales et à montrer que les méfaits ont été corrigés. Il a ajouté que cinq fonctionnaires de l’autorité de l’aviation ont également été suspendus pour avoir encouragé les pilotes suspects.

Les enquêtes sur les qualifications des pilotes ont commencé après un atterrissage en catastrophe en 2018, au cours duquel il a été découvert que la date de l’examen figurant sur la licence du pilote concerné était un jour férié, ce qui laisse penser qu’il s’agissait d’un faux, puisque l’examen n’aurait pas pu avoir lieu ce jour-là.

Cela a conduit à l’immobilisation au sol de 16 pilotes PIA au début de 2019.

L’autorité de l’aviation civile (CAA) exige des pilotes qu’ils passent les huit papiers pour devenir pleinement qualifiés, après avoir effectué au moins 1 500 heures de vol commercial. Le ministre a déclaré que 28 des pilotes avaient déjà été jugés avoir obtenu des diplômes universitaires de manière illégitime, a ajouté le rapport.

Le 22 mai, le vol intérieur de Lahore à Karachi s’est écrasé dans un quartier résidentiel près de l’aéroport international de Jinnah à Karachi.

L’Airbus A320 de la compagnie nationale avait 91 passagers et un équipage de huit personnes lorsqu’il s’est écrasé dans la région de Jinnah Garden, près de Model Colony à Malir, quelques minutes avant son atterrissage. Une fille est morte au sol après avoir été brûlée. Deux passagers ont miraculeusement survécu à l’écrasement.