11 août 2020

Les autorités américaines abaissent la note du Pakistan en matière de sécurité aérienne et interdisent les vols

Les États-Unis ont dégradé la note de sécurité du système d’aviation pakistanais et vont empêcher les compagnies aériennes pakistanaises de lancer des services vers les États-Unis.

La décision annoncée mercredi fait suite aux révélations selon lesquelles près d’un tiers des pilotes pakistanais ont triché aux examens mais ont quand même reçu des licences de l’autorité de l’aviation civile du pays.

L’administration fédérale américaine de l’aviation a déclaré qu’elle avait placé le Pakistan dans une catégorie 2, ce qui signifie que les compagnies aériennes pakistanaises ne peuvent pas lancer de nouveaux vols vers les États-Unis. De plus, les compagnies américaines ne peuvent pas vendre de sièges sur les vols pakistanais, une pratique appelée partage de code qui est courante chez les autres compagnies internationales.

Il n’y a actuellement aucun vol régulier entre les États-Unis et le Pakistan.

La FAA a déclaré que le système d’aviation du Pakistan ne respecte pas les normes de sécurité établies par l’autorité de l’aviation des Nations Unies, l’Organisation de l’aviation civile internationale. La FAA n’a pas détaillé les lacunes.

Le scandale des licences de pilote au Pakistan est né d’une enquête sur un accident survenu en mai à Karachi qui a fait 97 morts. L’enquête a déterminé que 260 des 860 pilotes au Pakistan ont triché lors de leurs tests de pilotage mais ont quand même obtenu leur licence.

Le transporteur d’État, Pakistan International Airlines, a déclaré qu’il avait licencié 28 pilotes dont les licences étaient entachées d’irrégularités. Le gouvernement a licencié cinq fonctionnaires de l’agence de l’aviation civile et envisage des poursuites pénales.

L’homologue de l’Union européenne à la FAA a interdit à Pakistan International Airlines d’effectuer des vols vers l’Europe pendant au moins six mois.