23 septembre 2020

Les anciens présidents du Kazakhstan et de la Finlande honorés pour avoir interdit les essais nucléaires

NUR-SULTAN, Kazakhstan – Le premier président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayeva reçu le statut de “Champion pour un monde sans essais nucléaires”, a déclaré le ministère des affaires étrangères du Kazakhstan le 27 août.

“Cela a été annoncé lors de la session spéciale de l’Assemblée générale des Nations unies, organisée à l’occasion de la Journée internationale contre les essais nucléaires – 29 août. Lassina ZerboLe secrétaire exécutif de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE) a lancé l’attribution d’un nouveau statut à Noursoultan Nazarbaïev en reconnaissance de la contribution historique spéciale du Kazakhstan pendant qu’il dirigeait les efforts mondiaux pour construire un monde sans nucléaire”, a déclaré le service de presse du ministère des affaires étrangères.

L’ancien président de la Finlande Tarja Halonen a également reçu le nouveau statut unique – “champions CTBTO”.

Le message de Nazarbayev a été lu par le ministère des affaires étrangères du Kazakhstan Mukhtar Tleuberdi à la vidéoconférence. Je lui suis reconnaissant de m’avoir offert le nouveau statut unique de “Champion de l’OTICE”. Je considère comme un honneur d’accepter la proposition de l’Organisation et je voudrais assurer que je mettrai toutes mes forces et mes connaissances au service de la réussite de la nouvelle mission”, a écrit M. Nazarbayev dans le texte de son allocution.

“Selon son avis, devrions-nous faire attention ici ? D’abord. Nous devrions nous montrer plus persévérants pour convaincre les pays qui ne l’ont pas encore fait de signer et de ratifier le traité – et ce, sans aucune condition préalable. Deuxièmement. Il est important d’élaborer une initiative pour les États sur le territoire desquels se trouvent les sites d’essai afin d’éliminer l’infrastructure de ces installations. Le Kazakhstan a l’expérience pratique nécessaire et est prêt à la partager”, a déclaré le ministère.

Nazarbayev a rappelé que le Kazakhstan a connu toutes les horreurs des explosions nucléaires sur le site d’essai de Semipalatinsk. Pendant 40 ans, 456 explosions y ont été réalisées, dont un million et demi de mes concitoyens ont souffert.

Deuxièmement, ayant obtenu son indépendance en 1991, le Kazakhstan a fait un choix volontaire en faveur de l’abandon du 4e plus puissant arsenal d’armes nucléaires au monde.

“L’histoire a confirmé la justesse de cette démarche – avec notre exemple vivant, nous avons montré que l’on peut avancer sur le chemin du progrès et de la prospérité de manière pacifique.

Troisièmement, j’ai suivi cette idée basée sur la conviction profonde que l’avenir de l’humanité n’est lié qu’à un monde sans armes nucléaires. Il y a 75 ans, des armes nucléaires ont été utilisées pour la première fois dans l’histoire du monde, ce qui a eu pour conséquence d’effacer pratiquement de la surface de la terre Hiroshima et Nagasaki. Plusieurs générations se sont écoulées depuis la destruction tragique de cette catastrophe, les horreurs et les conséquences des essais nucléaires commencent à être oubliées”, peut-on lire dans le message.

“Aujourd’hui, le monde est à nouveau au bord d’un profond abîme. Nous sommes tous témoins d’une crise géopolitique dans les relations entre les États-Unis et la Russie. La confrontation entre Washington et Pékin s’intensifie. Une course aux armements technologiques se déroule, y compris dans l’espace. Les fondements juridiques du régime mondial déjà fragile de désarmement nucléaire, de non-prolifération et d’utilisation pacifique de l’énergie atomique ont été sapés. Dans ces conditions, je voudrais appeler la communauté internationale à suivre l’exemple du Kazakhstan et à se joindre aux efforts visant à mettre fin à cette folie nucléaire.

Je pense que les dirigeants des États-Unis, de la Russie, de la Chine et de l’Union européenne ont une responsabilité particulière dans l’avenir de la planète. Je suis convaincu que si un sommet se tient sous cette forme quadrilatérale, l’un de ses principaux thèmes devrait être l’élaboration d’un accord multilatéral sur une réduction progressive et proportionnelle des armes nucléaires. Le Kazakhstan est prêt à fournir une plate-forme pour ce sommet. Je pense que les Nations unies peuvent également accepter d’organiser et de mener de telles négociations à New York”, a repris M. Nazarbayev.

Le 18 juin 2009, lors d’une cérémonie consacrée au 20e anniversaire de la cessation des essais sur le site d’essais nucléaires de Semipalatinsk, ainsi que le 1er juillet 2009 lors de l’ouverture du IIIe Congrès des dirigeants des religions mondiales et traditionnelles, le premier président de la République du Kazakhstan N.A. Nazarbayev a pris l’initiative de déclarer le 29 août Journée internationale contre les armes nucléaires.

Après avoir obtenu son indépendance en 1991, le Kazakhstan a renoncé au quatrième arsenal d’armes nucléaires le plus destructeur au monde, hérité de l’Union soviétique, et a fermé le 29 août 1991 le plus grand site d’essais nucléaires de Semipalatinsk, ce qui est devenu la plus importante contribution au renforcement du régime de non-prolifération.

À l’issue d’un long processus d’approbation, un projet de résolution “Journée internationale contre les essais nucléaires” a été soumis à la première commission de l’Assemblée générale des Nations unies. La résolution a été coparrainée par 26 États.

Le 2 décembre 2009, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution déclarant le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires. Selon la résolution, des événements seront organisés chaque année pour rappeler au monde les conséquences désastreuses des essais nucléaires et empêcher leur reprise à l’avenir. C’est la reconnaissance par la communauté internationale de l’importance de la date du 29 août, jour de la fermeture officielle du site d’essais de Semipalatinsk, qui revêt une importance historique non seulement pour le Kazakhstan, mais aussi pour l’humanité tout entière.