21 septembre 2020

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan vont s’entendre sur un accord pour remplir le barrage du Nil Bleu en quelques semaines

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan vont s’entendre pour remplir le barrage géant du Nil Bleu dans deux à trois semaines, après la médiation de l’Union africaine pour mettre fin à un conflit de dix ans sur l’approvisionnement en eau.

Des négociations tortueuses au cours des années ont laissé les deux nations et leur voisin le Soudan à court d’un accord pour réglementer la façon dont l’Ethiopie va exploiter le barrage et remplir son réservoir, tout en protégeant les rares réserves d’eau de l’Egypte provenant du Nil.

Le ministre éthiopien de l’eau, Seleshi Bekele, a déclaré qu’un consensus avait été atteint pour finaliser un accord dans les deux à trois semaines, un jour après que les dirigeants des trois pays et le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui préside l’Union africaine, aient tenu un sommet en ligne.

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) est en cours de construction à environ 15 km de la frontière avec le Soudan sur le Nil Bleu, la source de la plupart des eaux du Nil.

L’Ethiopie affirme que le projet hydroélectrique de 4 milliards de dollars, qui aura une capacité installée de 6 450 mégawatts, est essentiel à son développement économique.

Le bureau du Premier ministre éthiopien a déclaré que les trois pays étaient d’accord sur le fait que le Nil et le barrage de la Grande Renaissance “sont des problèmes africains qui doivent recevoir des solutions africaines”.

L’accord visant à retarder le remplissage, négocié par l’Union africaine, met fin à des mois de négociations bloquées et signale l’intention de résoudre le problème sans intervention étrangère.

La déclaration de l’Éthiopie indique que l’Union africaine, et non le Conseil de sécurité des Nations unies, aidera les pays dans les négociations et leur fournira un soutien technique.

Le Caire avait fait appel au Conseil dans une ultime démarche diplomatique visant à empêcher l’Ethiopie de remplir le barrage. Le Conseil devait tenir une réunion publique lundi pour discuter de la question.