15 août 2020

L’économie de Singapour entre en récession, le PIB du deuxième trimestre plonge au niveau record de 41,2%.

L’économie de Singapour est entrée en récession au deuxième trimestre, se contractant de 41,2 % par rapport aux trois mois précédents, ce qui constitue un record, et elle est confrontée cette année à son plus grand effondrement, alors que les mesures de lutte contre les coronavirus frappent la ville-État, qui dépend du commerce.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une chute de 37,4 %, mais la pandémie a fait payer un lourd tribut au secteur de la construction, qui a chuté de 95,6 %.

En glissement annuel, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 12,6 %, ont indiqué mardi les données préliminaires du ministère du commerce et de l’industrie. Les économistes avaient prévu une contraction de 10,5 %.

L’effondrement du PIB a marqué le deuxième trimestre consécutif de contraction pour la ville-État riche – ayant diminué de 0,3 % en glissement annuel au premier trimestre et de 3,3 % en glissement trimestriel – répondant à la définition d’une récession technique.

La ville-État prévoit un PIB annuel compris entre -7 % et -4 %, soit le plus fort ralentissement de son histoire.

A lire également : Singapour rétablit sa confiance dans le Premier ministre Lee, l’opposition se renforce

“Avec la réouverture de l’économie de Singapour, nous devrions voir une modeste hausse en termes d’activité économique au troisième trimestre. Nous pensons que le troisième trimestre montrera une certaine amélioration, mais sera toujours en territoire de contraction”, a déclaré Selena Ling, responsable de la recherche et de la stratégie de trésorerie de la banque OCBC.

Le gouvernement a injecté près de 100 milliards de dollars américains (57 milliards de livres sterling) dans des mesures de relance pour atténuer l’impact de la pandémie.

Le Parti de l’action populaire, qui a étendu son règne ininterrompu lors des élections de la semaine dernière qui se sont tenues en pleine pandémie, a déclaré que la protection des emplois à Singapour était sa plus grande priorité.

Les analystes s’attendaient à ce que l’économie du Sud-Est asiatique connaisse une forte contraction au deuxième trimestre en raison d’un verrouillage entre avril et juin, surnommé “coupe-circuit” par les autorités, dans lequel la plupart des lieux de travail ont été fermés pour freiner la propagation du virus.