7 août 2020

Le Royaume-Uni prévoit la création d’un nouveau club 5G de 10 démocraties, dont l’Inde, selon un rapport

Le gouvernement britannique a approché les États-Unis avec la perspective de créer un club 5G de 10 démocraties, dont l’Inde, dans un contexte de préoccupations croissantes en matière de sécurité liées au géant chinois des télécommunications Huawei, selon un rapport des médias britanniques.

Un club dit “D10” de partenaires démocratiques, comprenant les pays du G7 – Royaume-Uni, États-Unis, Italie, Allemagne, France, Japon et Canada – plus l’Australie, la Corée du Sud et l’Inde, aura pour objectif de créer des fournisseurs alternatifs d’équipements 5G et d’autres technologies pour éviter de dépendre de la Chine, a rapporté le Times.

La décision d’accélérer la création d’un tel club intervient alors que le Royaume-Uni a lancé une enquête sur l’implication de Huawei dans la modernisation du réseau de téléphonie mobile du pays à la suite des sanctions américaines contre la société. “Nous avons besoin de nouveaux entrants sur le marché. C’est la raison pour laquelle nous avons fini par devoir suivre Huawei à l’époque”, a déclaré le journal, citant une source du gouvernement britannique.

Nokia et Ericsson sont les seuls fournisseurs européens d’infra 5G et les experts affirment qu’ils ne peuvent pas fournir le kit 5G aussi rapidement ou à un prix aussi bas que Huawei. La Grande-Bretagne a qualifié Huawei de fournisseur “à haut risque” et sa participation à la mise à niveau de la 5G britannique est assortie d’une limite de marché de 35 %, y compris une interdiction de sa participation au “cœur” sensible du réseau.