7 août 2020

Le régulateur américain ordonne des vérifications d’urgence des moteurs des Boeing 737 en stationnement

Les organismes de réglementation de la sécurité ont émis un ordre d’urgence ordonnant aux compagnies aériennes d’inspecter et, si nécessaire, de remplacer une pièce essentielle du moteur des populaires Boeing 737 après quatre rapports faisant état de l’arrêt de moteurs pendant les vols.

L’administration fédérale de l’aviation a déclaré que sa commande concernait environ 2 000 avions de passagers bimoteurs aux États-Unis.

La FAA a déclaré que les opérateurs doivent inspecter tout 737 qui a été stationné pendant au moins sept jours ou qui a volé moins de 11 fois depuis sa remise en service en raison de rapports indiquant que certaines soupapes de moteur peuvent se bloquer en position ouverte.

La corrosion des soupapes des deux moteurs pourrait entraîner une perte totale de puissance sans possibilité de redémarrage des moteurs, obligeant les pilotes à atterrir ailleurs que sur un aéroport, a déclaré la FAA dans l’ordonnance, datée de jeudi. Boeing Co. a déclaré que les avions étant stockés ou utilisés moins souvent pendant la pandémie de coronavirus, “la soupape peut être plus sensible à la corrosion”.

La société a déclaré qu’elle fournit une aide à l’inspection et au remplacement des pièces aux propriétaires d’avions. Les grandes compagnies aériennes font généralement voler leurs avions plusieurs fois par jour. Cependant, elles ont garé des centaines d’avions lorsque la pandémie de coronavirus a déclenché un effondrement du trafic aérien ce printemps et elles en ramènent certains car le trafic de passagers a légèrement augmenté.

Les avions de passagers ont deux moteurs ou plus, et les pannes multiples sont rares – un exemple en est le “Miracle sur l’Hudson” de 2009, dans lequel des pilotes d’US Airways ont posé leur avion sur la rivière Hudson à New York après que des oiseaux aient heurté les deux moteurs.

L’ordonnance d’urgence s’applique aux versions du 737 appelées NG et Classic, ces dernières n’étant plus en production mais restant dans certaines flottes aériennes. La directive ne s’applique pas au nouveau Boeing 737 Max, qui est immobilisé au sol dans le monde entier depuis mars 2019 après deux crashs qui ont fait 346 morts.