19 septembre 2020

Le prix du pétrole chute en raison des craintes de retombées économiques liées à la hausse des cas de Covid-19

Les prix du pétrole ont chuté lundi en raison des craintes concernant les retombées économiques de la hausse des cas de Covid-19 dans le monde et des inquiétudes concernant l’offre excédentaire, l’OPEP et ses alliés étant prêts à réduire la production en août. Le brut Brent a glissé de 40 cents, soit 0,9%, à 43,12 dollars le baril à 8h45 GMT, et le brut West Texas Intermediate (WTI) américain a baissé de 46 cents, soit 1,1%, à 39,81 dollars.

Au cours du mois dernier, le Brent s’est négocié dans une fourchette de 41 à près de 45 dollars.

“Le pétrole continue à s’échanger de manière incroyablement diversifiée”, a déclaré Warren Patterson, responsable de la stratégie des matières premières chez ING.

“Les spéculateurs semblent être plus nerveux face à la reprise de la demande, dont la trajectoire est beaucoup plus progressive que les attentes du marché à l’approche du second semestre”, a-t-il ajouté.

Les cas de coronavirus ont continué à augmenter aux États-Unis et se sont élevés à près de 18 millions dans le monde. Davantage de pays ont imposé de nouvelles restrictions ou ont étendu les restrictions actuelles pour contrôler la pandémie.

En raison de la lente reprise de la demande de carburant due à la résurgence du virus, les investisseurs s’inquiètent également de l’offre excédentaire, car l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, connue sous le nom d’OPEP+, vont assouplir les restrictions d’approvisionnement en pétrole à partir du mois d’août.

A VOIR AUSSI : Le Royaume-Uni déploie deux nouveaux tests rapides Covid-19 pour augmenter sa capacité de test

“Des inquiétudes semblent se développer quant au fait qu’une augmentation de la production de l’OPEP+ coïncidera avec une reprise inégale de la demande de pétrole en raison de revers localisés suite à des vagues secondaires d’épidémies de Covid”, a déclaré Harry Tchilinguirian, responsable de la recherche sur les matières premières chez BNP Paribas.

Les membres de l’OPEP+ ont réduit leur production de 9,7 millions de barils par jour (bpj) depuis le mois de mai. À partir du mois d’août, les réductions seront officiellement réduites à 7,7 millions de barils par jour jusqu’en décembre.

Cependant, les prix du pétrole ont trouvé un certain soutien après qu’une enquête ait montré que l’activité manufacturière dans la zone euro a augmenté pour la première fois depuis le début de 2019 le mois dernier.

Un sondage Reuters de vendredi a indiqué que le pétrole devrait lentement remonter cette année, car l’assouplissement progressif des restrictions liées aux coronavirus stimule la demande, bien qu’une deuxième vague de Covid-19 pourrait ralentir le rythme de la reprise.