13 août 2020

Le prix du pétrole brut reste stable malgré la recrudescence des cas de Covid-19 dans le monde

Les prix du pétrole ont peu changé lundi après avoir chuté plus tôt, car une augmentation quotidienne record des cas de coronavirus dans le monde a fait craindre une nouvelle baisse de la demande, alors qu’une réunion de producteurs cette semaine devait recommander une augmentation de la production.

L’Organisation mondiale de la santé a signalé dimanche une augmentation quotidienne record des cas de coronavirus dans le monde, avec un total de plus de 230 000 cas.

Aux États-Unis, les infections ont fait un bond au cours du week-end, la Floride ayant enregistré une augmentation de plus de 15 000 nouveaux cas en 24 heures, un record pour n’importe quel État.

Les contrats à terme du Brent sont restés inchangés à 43,24 $ le baril à 11h23 EDT (1523 GMT), tandis que le brut américain West Texas Intermediate (WTI) a augmenté de 4 cents, soit 0,1%, à 40,59 $.

“Le secteur de l’énergie est sous pression ce matin des deux côtés de l’équation offre/demande aujourd’hui”, a déclaré Bob Yawger, directeur des contrats à terme sur l’énergie chez Mizuho à New York, notant que “l’augmentation des cas de Covid-19 a entamé la demande, et (l’OPEP) semble déterminée à augmenter l’offre”.

Les négociants en pétrole sont également restés sur la brèche alors que le Comité ministériel conjoint de suivi (CMSC) de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se prépare à se réunir mardi et mercredi pour recommander des niveaux pour les futures réductions d’approvisionnement.

L’OPEP et ses alliés, dont la Russie, un groupe connu sous le nom d’OPEP+, devraient réduire leur production à 7,7 millions de barils par jour (bpj) après une reprise de la demande mondiale de pétrole.

L’OPEP+ a réduit sa production de 9,7 millions de bpj en mai, juin et juillet, ce qui constitue un record.

Une augmentation progressive de la demande de pétrole, alors que les pays assouplissent les mesures de verrouillage du coronavirus et que les réductions record de l’offre par l’OPEP+ rapprochent le marché du pétrole de l’équilibre, a déclaré lundi le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Barkindo.

La Libye, quant à elle, a réimposé la force majeure sur toutes les exportations de pétrole dimanche en raison d’un nouveau blocus des forces orientales. Cette décision intervient deux jours seulement après que la Libye ait exporté sa première cargaison de brut en six mois.