14 août 2020

Le prix du pétrole augmente alors que l’Arabie Saoudite s’engage à réduire sa production en juin

Les contrats à terme sur le pétrole ont grimpé en début de séance mardi, stimulés par un engagement inattendu de l’Arabie saoudite d’approfondir les réductions de production en juin pour aider à drainer la surabondance sur le marché mondial qui s’est accrue alors que la pandémie de coronavirus écrasait la demande de carburant.

Les contrats à terme du Brent ont atteint un sommet de 30,11 dollars le baril et ont augmenté de 0,9 %, soit 28 cents, à 29,91 dollars à 0021 GMT, récupérant ainsi une partie des pertes de la session précédente. L’indice de référence a chuté de 1,34 $ lundi, selon l’agence de presse PTI.

Les contrats à terme du brut West Texas Intermediate (WTI) ont augmenté de 1 %, soit 24 cents, à 24,38 $ après avoir atteint un sommet de 24,77 $.

L’Arabie saoudite a déclaré du jour au lendemain qu’elle réduirait sa production d’un million de barils par jour (bpj) supplémentaires en juin, ramenant sa production totale à 7,5 millions de bpj, soit une baisse de près de 40 % par rapport à avril.

“Cette réduction de la production a fourni une excellente optique encourageant les autres membres de l’OPEP+ à se conformer et même à proposer des réductions volontaires supplémentaires, ce qui devrait accélérer le rééquilibrage des marchés pétroliers mondiaux”, a déclaré Stephen Innes, stratège en chef des marchés mondiaux chez AxiCorp, dans une note. L’OPEP+ est un groupement composé de membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d’autres producteurs, dont la Russie.

A lire également : Aramco pourrait réduire les paiements du gouvernement alors que la chute des prix du pétrole touche les bénéfices du premier trimestre

Les Émirats arabes unis et le Koweït se sont également engagés à réduire davantage leur production, promettant de réduire encore 180 000 bpj au total.

Ces réductions, combinées à l’assouplissement des restrictions sur les coronavirus par les plus grandes économies du monde et à la reprise progressive de la demande de carburant, devraient alléger quelque peu la pression sur la capacité de stockage du brut.

Toutefois, à la suite de nouvelles épidémies de coronavirus, notamment en Chine et en Corée du Sud, le marché se méfie d’une deuxième vague de cas de Covid-19 qui pourrait entraîner de nouveaux blocages et retarder la reprise de la demande.


A lire également : la demande de pétrole ne retrouvera pas son niveau de 2019 avant fin 2021 : Morgan Stanley

Les données d’inventaire de cette semaine seront essentielles pour prolonger la récente hausse des prix du pétrole, a déclaré M. Innes d’AxiCorp.

“La majorité des traders estiment que les stocks vont augmenter à un rythme plus lent mais qu’ils continueront à augmenter, ce qui plafonnera les prix du pétrole à moyen terme”, a-t-il déclaré.

Les stocks américains de brut ont probablement augmenté d’environ 4,3 millions de barils au cours de la semaine du 8 mai, selon un sondage préliminaire de Reuters, avant les rapports du groupe industriel de l’American Petroleum Institute mardi et de l’US Energy Information Administration mercredi.

Pendant ce temps, six analystes interrogés ont estimé que les stocks d’essence ont diminué de 2,3 millions de barils, en baisse pour une troisième semaine consécutive.