27 octobre 2020

Le président kazakh évoque le rôle des Nations unies dans les défis mondiaux

NUR-SULTAN, Kazakhstan – Le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev s’est dit préoccupé par les défis mondiaux actuels et a appelé à poursuivre la construction d’une communauté fondée sur des règles. Dans un message vidéo diffusé lors de la réunion de haut niveau pour commémorer le 75e anniversaire des Nations unies dans le cadre de la session anniversaire de l’Assemblée générale des Nations unies, qui s’est tenue en ligne en raison de la pandémie de coronavirus, M. Tokayev a attiré l’attention sur les risques pour les principes du multilatéralisme, les difficultés à surmonter la pandémie de coronavirus, la menace d’une seconde course aux armements et les revers dans la réalisation des objectifs stratégiques de développement. En outre, dans son discours, il a également remis en question la position selon laquelle les idéaux inscrits dans la Charte des Nations unies ne sont plus réalistes.

“En tant que président de mon pays et ancien haut responsable de l’ONU, je ne suis pas du tout d’accord. Plus que jamais, nous devons donner du fil à retordre au cheval de nos espoirs, et non pas nous retirer par peur. Nous devons galvaniser les efforts dans la poursuite de ces idéaux partagés, et non les abandonner. Nous devons continuer à construire une communauté fondée sur des règles, et non retourner à l’anarchie”, a déclaré le président du Kazakhstan.

M. Tokayev a souligné l’importance cruciale de la prochaine décennie dans le cadre des efforts visant à mettre en œuvre l’agenda 2030. À son avis, cet objectif formidable exige un effort et une responsabilité communs.

Il a salué la forte impulsion donnée par le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et a soutenu son travail en cours pour renforcer l’efficacité, la transparence et la responsabilité des Nations unies.

“Le Kazakhstan ajoute sa voix dans une déclaration claire d’engagement à la mission et à la Charte des Nations unies, ainsi qu’à l’aspiration commune de construire un monde plus pacifique, plus juste et plus prospère”, a souligné le président du Kazakhstan.

Il a exprimé sa conviction que les Nations unies, en tant qu’organisation internationale unique, universelle et la plus représentative, est en effet indispensable.

Le chef de l’Etat kazakh a commencé son discours par la célèbre citation de l’ancien secrétaire général des Nations unies Dag Hammarskjold: “Les Nations Unies n’ont pas été créées pour nous amener au ciel, mais pour nous sauver de l’enfer”. Selon le président, bien qu’elles aient été conçues avant tout comme un système de sécurité collective, les Nations unies ont en fait consolidé les nations autour d’aspirations et de principes communs beaucoup plus larges, ce qui a abouti à une ère de coopération internationale réellement active et étendue.