7 août 2020

Le pétrole se maintient alors que les données économiques prometteuses font état d’une augmentation des cas de coronavirus

Les contrats à terme sur le pétrole se sont terminés lundi, les données économiques positives ayant soutenu les prix, tandis qu’une flambée de cas de coronavirus aux États-Unis, qui pourrait freiner la demande, a fait pression sur les prix.

Le brut Brent s’est établi à 43,10 dollars le baril, soit une hausse de 30 cents.

Le brut West Texas Intermediate (WTI) s’est établi à 40,63 dollars le baril, en baisse de 2 cents.

“Les forces concurrentes sur le marché du pétrole en ce moment sont la réouverture des économies dans le monde entier, l’augmentation de la demande de pétrole, contrebalancée par les préoccupations concernant la fermeture des économies dans le monde entier en raison d’une recrudescence du nombre de cas de virus”, Andy Lipow, président des consultants Lipow Oil Associates.

Au cours des cinq premiers jours de juillet, 16 États ont signalé une augmentation record des nouveaux cas de Covid-19, qui a infecté près de 3 millions d’Américains et en a tué plus de 130 000, selon un décompte de Reuters.

L’activité du secteur des services américains a fortement rebondi en juin, retrouvant presque les niveaux d’avant la pandémie de la COVID-19, tandis que l’économie chinoise se redressait et que ses marchés de capitaux attiraient l’argent, ouvrant la voie à un marché haussier sain, a déclaré le China Securities Journal officiel dans un éditorial.

Les données allemandes ont toutefois montré que la reprise de Covid-19 sera lente et douloureuse. Les commandes industrielles allemandes ont rebondi modérément en mai et un cinquième des entreprises de la plus grande économie européenne ont déclaré dans une enquête publiée lundi qu’elles craignaient l’insolvabilité.

La volatilité implicite du Brent est tombée à son plus bas niveau depuis que les prix ont commencé à s’effondrer en mars, les marchés restant concentrés sur le resserrement de l’offre.

La production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est tombée à son plus bas niveau depuis des décennies.

L’OPEP et d’autres producteurs, dont la Russie, collectivement connus sous le nom d’OPEP+, ont convenu de réduire la production d’un niveau record de 9,7 millions de barils par jour (bpj) pour un troisième mois en juillet.

Le producteur de pétrole d’Arabie Saoudite Aramco a augmenté les prix de vente officiels (OSP) de son brut à l’Asie de 1 $ le baril en août, et a augmenté les OSP de presque toutes les qualités à l’Europe et aux États-Unis.