8 août 2020

Le PDG du Credit Suisse déclare qu’il aura besoin de moins de personnel après la crise du coronavirus

Le Credit Suisse Group AG sortira de la crise du coronavirus en ayant besoin de moins d’employés à moyen terme, car il est confronté à la perspective d’une croissance plus faible et à l’imminence de défaillances de crédit.

La banque en ligne prend de plus en plus d’importance et entraînera une diminution de l’importance et du nombre de succursales, a déclaré le directeur général Thomas Gottstein dans une interview au journal suisse NZZ. Le personnel pourrait travailler à distance pendant 10 à 20 % du temps, selon les premières estimations, et la banque aura probablement besoin de moins d’espace de bureau, a-t-il dit.

La banque pourrait rationaliser “de nombreux processus”, a déclaré M. Gottstein, ajoutant que c’est l’une de ses priorités.

A lire également : La banque Baroda va avancer 12 000 roupies aux MPME dans le cadre d’un programme gouvernemental

Les banques européennes doivent faire face à des taux d’intérêt négatifs, à une offre excessive de services bancaires et à l’incertitude liée aux défauts de paiement des clients, alors qu’elles s’efforcent de revenir à la normale. Après un début d’année rentable stimulé par une ruée de transactions, les perspectives pour le reste de l’année sont devenues plus sombres, les entreprises se préparant à une reprise plus lente et plus longue.

En Asie, un prêt sur marge aigre à Lu Zhengyao, le fondateur milliardaire de Luckin Coffee Inc. a contribué à une augmentation des provisions pour pertes sur prêts du Crédit Suisse au premier trimestre, selon des personnes connaissant le sujet. Néanmoins, M. Gottstein a déclaré que les affaires avec les clients fortunés ainsi que l’Asie étaient encore des zones de croissance.

Le Credit Suisse “doit changer quelque chose” dans son unité de banque d’investissement, la plus petite division, qui est déficitaire depuis plusieurs trimestres, a déclaré M. Gottstein sans plus de précisions.