11 août 2020

Le parti au pouvoir au Népal est confronté à un avenir incertain, affirme le coprésident Prachanda

Le coprésident du parti communiste népalais au pouvoir — Pushpa Kamal Dahal alias Prachanda — a affirmé que l’avenir du parti est incertain en raison des factions internes après le bouleversement politique de jeudi.

M. Dahal a fait cette déclaration lors du deuxième tour de la réunion du Comité permanent jeudi, après avoir eu une réunion séparée avec la présidente Bidhya Devi Bhandari et le Premier ministre KP Sharma Oli.

“La réunion d’aujourd’hui sera historique pour le Parti communiste népalais. Nous tenons la réunion ici, à la résidence du Premier ministre, mais il n’est pas présent. J’avais fait de multiples demandes auprès de lui sur cette question, mais il s’en est sorti”, a déclaré M. Dahal au comité.

Depuis l’unification des deux partis, les factions se sont multipliées au sein du PCN, formant une alliance entre l’ancien Premier ministre Madhav Kumar Nepal, Pushpa Kamal Dahal et le PK Sharma Oli.

“Je lui avais également demandé de ne pas proroger la réunion en cours, mais ils ont refusé et sont allés de l’avant. On apprend qu’ils proposent une ordonnance qui contribue à diviser le parti, j’ai clairement fait savoir que je suis contre”, a-t-il ajouté.

Malgré les dissensions persistantes au sein du parti au pouvoir, Dahal a affirmé qu’il s’engageait à protéger l’unité du parti. “Si nous parvenons à la maintenir, elle sera historique”, a déclaré M. Dahal.

Dahal et Oli se partagent la présidence du Parti communiste népalais (NCP), au pouvoir, après la fusion de ce parti à la suite du travail de sa coalition lors des élections générales de 2017, au cours desquelles il a balayé le résultat en obtenant une majorité.

Avant les élections de 2017, Dahal dirigeait le Centre maoïste et Oli le PCN-MLU (Parti communiste du Népal – marxiste-léniniste unifié). Un accord formel a été conclu en mai 2018 entre les deux hauts dirigeants signant un pacte en 7 points pour former le Parti communiste du Népal (PCN).

Lors des récentes réunions du Comité permanent, M. Dahal avait exigé la démission du Premier ministre pour avoir mal géré la pandémie et pris des décisions unilatérales sans consulter les dirigeants.

La prochaine réunion du Comité permanent du parti au pouvoir a été convoquée pour samedi à 11 heures, Dahal ayant demandé une journée pour trouver un consensus avec le Premier ministre Oli.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).