Laurent Demas 19 avril 2019
Le Pape exhorte les prêtres à "se salir" avec les blessures et les angoisses des gens

C’était lors de son homélie à la messe chrismale célébrée dans la basilique Saint-Pierre.

Le Pape François a aujourd’hui exhorté les prêtres à se salir les mains en touchant “les blessures, les péchés et l’angoisse du peuple” et a assuré que cela “guérit de la mesquinerie, des abus et de la cruauté”, lors de son homélie à la messe chrismale célébrée en la Basilique Saint-Pierre.

La Messe Chrismale marque le début des rites de la Semaine Sainte et commémore également l’institution du sacrement de l’ordination sacerdotale, selon la tradition chrétienne.

C’est pourquoi l’homélie du Pape est toujours consacrée à une réflexion sur le travail sacerdotal.

De plus, pendant le rite, comme d’habitude, on demande aux prêtres de renouveler les promesses sacerdotales (pauvreté, chasteté et obéissance) et on bénit aussi les huiles qui pendant l’année seront utilisées pour oindre ceux qui sont baptisés, ceux qui sont confirmés et pour être ordonnés prêtres.
Au sujet du rite de l’onction, François a averti que les prêtres ne peuvent pas être des “dispensateurs de bouteilles d’huile”.

“Nous oignons en nous salissant les mains en touchant les blessures, les péchés et l’angoisse du peuple ; nous oignons en parfumant nos mains en touchant leur foi, leurs espoirs, leur fidélité et la générosité inconditionnelle de leur don de soi “, dit-il.

Et il a assuré que “celui qui apprend à oindre et à bénir est guéri de la mesquinerie, des abus et de la cruauté”.

François rappelait aux prêtres que “le Seigneur n’a jamais perdu ce contact direct avec le peuple”, tandis que les disciples lui disaient parfois de renvoyer la foule.

Une attitude de vouloir chasser les gens qui, pour François, était “l’origine du cléricalisme”, que le pape indique toujours comme l’un des maux de l’Église.

Il a réitéré que les modèles évangéliques pour les prêtres devraient être les plus défavorisés, comme “les pauvres, les aveugles, les captifs et les opprimés”.

“Nous avons été choisis parmi eux et sans crainte nous pouvons nous identifier à ces gens simples. Ils sont l’image de notre âme et l’image de l’Église. Chacun d’entre eux incarne le cœur unique de notre peuple “, a-t-il expliqué.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*