12 août 2020

Le négociateur en chef de l’UE déclare l’accord commercial de Brexit “improbable”.

Un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni est actuellement “peu probable”, a déclaré jeudi le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, à l’issue du dernier cycle de négociations.

Pour que l’accord soit mis en œuvre d’ici janvier 2021, date à laquelle le Royaume-Uni doit quitter le marché unique européen, un accord commercial doit être conclu d’ici octobre, a souligné M. Barnier, accusant le pays de manquer de “préparation” et d’un “engagement” suffisant.

“Au cours des dernières semaines, le Royaume-Uni n’a pas fait preuve du même niveau d’engagement et de volonté de trouver des solutions respectant les principes et intérêts fondamentaux de l’UE”, a-t-il déclaré.

Le négociateur britannique, David Frost, a également déclaré : “Il est malheureusement clair que nous ne parviendrons pas en juillet à “l’accord précoce sur les principes sous-jacents à tout accord” qui avait été fixé comme objectif”, anéantissant ainsi les espoirs du Premier ministre britannique Boris Johnson de parvenir à une ébauche des principes d’un accord d’ici la fin juillet.

Les deux parties ont encore des “lacunes considérables”, car aucun progrès n’a été réalisé dans des domaines clés, notamment la pêche et les conditions de concurrence dites équitables.

“Le Royaume-Uni demande en fait l’exclusion quasi totale des navires de pêche de l’UE des eaux britanniques”, a déclaré le négociateur en chef de l’UE pour le traité Brexit, ajoutant que c’est “tout simplement inacceptable”.

“Si vous ne parvenez pas à un accord sur notre futur partenariat, il y aura beaucoup plus de frictions. Par exemple, sur le commerce des marchandises. En plus des nouvelles formalités douanières, il y aura des tarifs et des quotas”, a-t-il ajouté, car le Royaume-Uni a déclaré qu’il cherchait toujours à conclure un accord similaire à celui que l’UE a conclu avec le Canada.

Barnier et Frost doivent se rencontrer pour deux jours de discussions informelles la semaine prochaine, tandis qu’un cycle formel de négociations suivra à la mi-août.