22 septembre 2020

Le ministre français des affaires européennes appelle à un “retour rapide” des sessions de Strasbourg

Le ministre français des affaires européennes, Clément Beaune, en compagnie du maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian a appelé à un “retour rapide” des sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg, après que le PE ait décidé, mardi, d’accueillir la semaine prochaine à Bruxelles sa plénière sur les questions de santé.

“La France est profondément attachée au siège du Parlement européen et appelle à un retour très rapide des sessions plénières à Strasbourg, conformément aux traités”, peut-on lire dans une déclaration du ministère de Beaune, mardi.

L’appel a également été publié sur Twitter, avec Beaune à l’écriture : “Strasbourg, capitale européenne. Avec le gouvernement et le maire Jeanne BarseghNous sommes mobilisés pour un retour rapide aux sessions du Parlement européen, dans le respect des règles sanitaires”.

Elle fait suite à la décision du PE de tenir la plénière de la semaine prochaine à Bruxelles et non à Strasbourg, en invoquant le fait que le risque pour la santé est de plus en plus élevé.

“Nous avons tout fait pour reprendre le cours normal de nos sessions plénières à Strasbourg”, a déclaré le Président du Parlement européen, David Sassoli, alors que l’organe a décidé en juillet de reprendre ses sessions dans la ville française.

Au cours du week-end, les autorités françaises ont désigné plusieurs départements, dont Lille, Strasbourg et Dijon, comme zones rouges, ce qui signifie que des mesures exceptionnelles pourraient être imposées.

“Le transfert de l’administration du Parlement européen entraînerait une quarantaine pour l’ensemble du personnel à son retour à Bruxelles”, a ajouté M. Sassoli dans sa déclaration, citant que la décision des autorités françaises “obligeait” le PE à “reconsidérer le déménagement à Strasbourg”.

Beaune et Barseghian, à leur tour, ont cité que tous les niveaux de gouvernance en France ont collaboré pour permettre le retour rapide du Parlement européen à son siège de Strasbourg, dans le respect des règles sanitaires et sur la base d’un protocole strict.

“Les autorités françaises continueront à agir dans ce sens, pour la sécurité des habitants de Strasbourg et du personnel du Parlement”, ajoutent-ils dans leur déclaration commune.