20 septembre 2020

Le ministre allemand des affaires étrangères en visite à Beyrouth, pour demander des réformes

Le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, doit se rendre à Beyrouth mercredi, pour offrir le soutien de Berlin à ce pays du Moyen-Orient qui a subi une explosion massive la semaine dernière, et pour discuter des réformes nécessaires que le pays doit entreprendre.

“Nous ferons savoir très clairement aux responsables que nous sommes prêts à les aider, mais nous pensons aussi que ce pays doit être réformé”, a déclaré M. Maas au radiodiffuseur public Deutschlandfunk.

Dimanche soir, les donateurs internationaux ont promis 250 millions d’euros d’aide humanitaire pour le Liban, lors d’une conférence de donateurs organisée par le président français Emmanuel Macron et les Nations unies. L’Allemagne elle-même a promis 20 millions d’euros provenant de fonds d’aide humanitaire et de coopération au développement.

L’aide d’urgence sera “directement fournie à la population libanaise” et le pays, qui est au bord de la faillite, devra s’engager dans des réformes économiques et politiques.

Les demandes de réformes politiques et économiques ont également été reprises par le Fonds monétaire international (FMI), qui a proposé de doubler son soutien, à condition que le Liban avance dans ses efforts de réforme.

Le président français Emmanuel Macron a été le premier dirigeant européen à se rendre dans ce pays du Moyen-Orient, à promettre l’aide d’urgence de son pays et à demander des réformes politiques.

Manifestations antigouvernementales à Beyrouth
Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Beyrouth samedi, pour demander des comptes, après qu’une explosion massive ait secoué le port de la capitale mardi, faisant près de 200 morts, des milliers de blessés et des dizaines de disparus, tout en causant d’importants dégâts à la capitale.

Le Premier ministre et le Président libanais ont tous deux déclaré que l’explosion avait été causée par la détonation de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium qui avaient été stockées pendant six ans sans mesures de sécurité.

Face à la pression croissante des manifestants qui réclament des réformes politiques, le Premier ministre libanais avait promis d’organiser des élections anticipées. Cependant, l’annonce de Diab n’a pas suffi à satisfaire les manifestants qui accusaient le gouvernement de négligence et de corruption.

Dimanche, des vidéos circulant sur le web ont montré des manifestants affrontant les forces de police et faisant face à des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des tirs de fusils de chasse. Lundi soir, le Premier ministre libanais Hassan Diab et son cabinet ont démissionné, déclarant que “nous allons faire marche arrière et nous tenir aux côtés du peuple. Nous devons ouvrir la porte au peuple”.