14 août 2020

Le ministre allemand des affaires étrangères déclare que les activités d’Ankara en Méditerranée orientale nuisent aux relations UE-Turquie

Les activités de forage d’Ankara en Méditerranée orientale devraient cesser, si la Turquie cherche à améliorer ses relations avec l’Union européenne, a déclaré mardi le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas.

“En ce qui concerne les forages de la Turquie en Méditerranée orientale, notre position est très claire – le droit international doit être respecté, donc les progrès dans les relations UE-Turquie ne sont possibles que si Ankara met fin aux provocations en Méditerranée orientale”, a déclaré M. Maas lors d’une visite à Athènes.

La FM allemande a toutefois souligné l’importance de maintenir les canaux de dialogue ouverts avec la Turquie, qualifiant cette dernière d'”importante sur le plan stratégique” en ce qui concerne l’OTAN et les questions de migration.

Ses commentaires sont intervenus au milieu d’une nouvelle vague de provocations de la part de la Turquie, après que cette dernière ait annoncé son intention de mener des recherches sismiques et des opérations de forage dans “une partie du plateau continental grec”, comme l’a appelé l’homologue de M. Maas, Nikos Dendias, les eaux territoriales étant en jeu, les forces armées grecques étant mises en état de préparation.

“Nous demandons à la Turquie de mettre fin à ces activités illégales qui violent nos droits souverains et sapent la paix et la sécurité dans la région”, a déclaré Dendias après la réunion avec le FM allemand, ajoutant que les actions d’Ankara menacent l’alliance de l’OTAN.

“Le comportement illégal et provocateur de la Turquie a de graves répercussions non seulement sur la paix et la stabilité en Méditerranée orientale, mais aussi sur la cohésion de l’OTAN et sur ses relations avec l’Union européenne”, a ajouté le FM grec.

Plus tard dans la journée, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a eu des entretiens téléphoniques avec Angela Merkel, pour informer la Chancelière allemande des derniers développements en Méditerranée orientale.

Les activités d’Ankara dans la région sont basées sur un accord maritime signé en 2019 avec le gouvernement d’accord national (GNA) soutenu par les Nations unies et dirigé par Fayez al-Sarraj, qui a permis à la Turquie de s’approprier de vastes pans de la zone économique exclusive (ZEE) de la Grèce et de Chypre.

Pour la Turquie, les revendications territoriales des deux pays sont sans fondement, le président turc Recep Tayyip Erdogan accusant Athènes d’essayer d’exclure son pays des bénéfices des découvertes de pétrole et de gaz dans la région.