15 août 2020

Le législateur népalais licencié pour avoir défié la décision du parti d’approuver la nouvelle carte

Un législateur népalais a été licencié par son parti mardi pour avoir défié sa décision d’approuver à l’unanimité l’amendement constitutionnel visant à réviser la carte du pays afin d’inclure trois territoires indiens stratégiquement clés, selon les médias.

Le parti d’opposition Janata Samajbadi (JSP) a décidé de licencier Sarita Giri pour avoir violé le whip du parti afin de retirer son amendement enregistré au secrétariat du Parlement contre le deuxième amendement à la Constitution du gouvernement népalais.

Un panel de trois membres dirigé par le secrétaire général du parti, Ram Sahay Prasad Yadav, a recommandé que le parti licencie Giri à la fois comme législateur et comme membre du parti, et la réunion des responsables du parti a pris la décision mardi, a indiqué le Kathmandu Post.

L’amendement à la Constitution, qui visait à mettre à jour la nouvelle carte administrative et politique du pays sur l’emblème national, a été approuvé à l’unanimité par la Chambre des représentants le 18 juin.

Le SJP et le Congrès népalais, principale opposition, avaient soutenu la démarche du gouvernement du Premier ministre K P Sharma Oli.

Contrairement à la position officielle de son parti sur l’approbation de la nouvelle carte, le législateur Giri a enregistré une proposition d’amendement séparée au secrétariat du Parlement.

A lire également : L’envoyé chinois rencontre les dirigeants du parti au pouvoir au Népal

Giri a cherché à conserver l’ancienne carte sur l’emblème national en faisant valoir qu’il n’y avait pas de preuve évidente pour revendiquer Lipmiyadhura, Lipu Lekh et Kalapani comme territoires népalais.

Le parti Samajbadi avait demandé à Giri de retirer l’amendement et l’avait avertie d’une action interne, mais Giri avait refusé de reprendre sa proposition d’amendement.

Les liens bilatéraux entre l’Inde et le Népal ont été mis à rude épreuve après que le ministre de la défense Rajnath Singh ait inauguré, le 8 mai, une route de 80 km de long, stratégiquement cruciale, reliant le col de Lipulekh à Dharchula, dans l’Uttarakhand.

Le Népal a réagi vivement à l’inauguration de la route en affirmant qu’elle passait par le territoire népalais. L’Inde a rejeté la demande en affirmant que la route se trouvait entièrement sur son territoire.

Le Népal a par la suite publié la carte politique et administrative révisée du pays en revendiquant les zones stratégiquement clés, plus de six mois après que l’Inde ait publié une nouvelle carte en novembre 2019.

L’Inde avait alors sévèrement demandé au Népal de ne pas recourir à un “élargissement artificiel” des revendications territoriales.