23 septembre 2020

Le Kremlin rejette les allégations concernant l’empoisonnement de Navalny

Les autorités russes ont nié que le président Vladimir Poutine était impliqué dans l’empoisonnement du critique du Kremlin Alexei Navalny, qui est dans le coma depuis qu’il est tombé malade à bord d’un vol pour Moscou la semaine dernière.

Les associés de Navalny ont accusé le Kremlin d’être impliqué dans l’empoisonnement de Navalny ainsi que dans le blocage de son transfert vers un hôpital de Berlin.

Lundi, l’hôpital Charite de Berlin a déclaré que “des preuves cliniques suggèrent une intoxication par une substance appartenant au groupe des inhibiteurs de la cholinestérase”.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que le Kremlin ne comprenait pas bien pourquoi les médecins allemands se “précipitaient” pour utiliser le mot “empoisonnement”, ajoutant que l’état de Navalny pouvait avoir été déclenché par diverses causes. Les médecins qui ont traité Navalny en Russie ont dit qu’ils l’ont testé pour les inhibiteurs de la cholinestérase et n’en ont pas trouvé.

Peskov a ajouté que les accusations contre le gouvernement “ne peuvent absolument pas être vraies et sont plutôt un bruit vide” : “Nous n’avons pas l’intention de les prendre au sérieux”, a-t-il déclaré.

Le Kremlin a également refusé d’ouvrir une enquête criminelle sur l’empoisonnement de Navalny. “Il doit y avoir une raison d’ouvrir une enquête. Pour l’instant, tout ce que vous et moi voyons, c’est que le patient est dans le coma. Si la substance est identifiée et s’il est déterminé qu’il s’agit d’un empoisonnement, alors, bien sûr, ce sera un motif d’enquête”, a déclaré M. Peskov.