4 août 2020

Le Kazakhstan peut prolonger la deuxième quarantaine après le 19 juillet si nécessaire

NUR-SULTAN, Kazakhstan – Le ministre de la santé du Kazakhstan, Alexei Tsoi, n’exclut pas la possibilité de prolonger la deuxième quarantaine après le 19 juillet.

“L’évaluation de la situation doit être liée à la période d’incubation, c’est-à-dire 14 jours. Nous examinons déjà quelques résultats intermédiaires, mais nous verrons l’effet réel plus près de la deuxième semaine de la nouvelle quarantaine, ou immédiatement après. C’est-à-dire que lorsque nous effectuerons l’évaluation, à la fin de la quarantaine, nous saurons clairement si elle durera ou si les mesures de quarantaine seront renforcées”, a déclaré M. Tsoi lors d’un briefing le 9 juillet.

Tsoi a noté que la question de l’extension de la quarantaine est en train d’être résolue conjointement avec des scientifiques et des collègues étrangers.

Les restrictions de quarantaine au Kazakhstan ont été introduites à partir du 5 juillet pour une durée de deux semaines. Au 9 juillet, 53.021 cas d’infection par des coronavirus ont été enregistrés dans le pays.

Selon le service de presse du ministère de la santé, la situation épidémiologique liée à la pandémie de coronavirus au Kazakhstan est sous contrôle. Le gouvernement du Kazakhstan prend toutes les mesures nécessaires et opportunes pour combattre l’épidémie.

Mais le service de presse du ministère a souligné que les médias étrangers ont rapporté que le Kazakhstan est l’un des pays où la propagation de COVID-19 est la plus rapide. En outre, les publications ont suggéré à tort que le Kazakhstan est en train d’introduire un deuxième verrouillage strict, alors qu’en fait le pays met en œuvre des mesures de quarantaine pendant deux semaines.

“De tels reportages ont conduit à une certaine méconnaissance de la situation au Kazakhstan et, par conséquent, à l’exagération dans les médias des risques épidémiologiques émanant du Kazakhstan”, a soutenu le ministère. “Depuis le début du mois de juillet, les formes asymptomatiques de COVID-19 au Kazakhstan ont été ajoutées au taux de morbidité global. En conséquence, le taux de croissance de l’infection a également augmenté de manière significative. Il est bien connu que les deux formes de la maladie – symptomatique et asymptomatique – représentent un danger potentiel pour le grand public. Avant juillet, un enregistrement séparé a été effectué. Il est clair que le changement de méthodologie d’enregistrement des cas a conduit à inclure dans les statistiques nationales des cas qui n’étaient pas pris en compte auparavant. En conséquence, cela a conduit à une mauvaise interprétation des chiffres”, a expliqué le ministère.

Selon le ministère, en juin, le taux de propagation du virus au Kazakhstan était de 1,3. Au cours des dernières semaines, ce taux est tombé à 1,05. Au total, 11,5 millions de cas sont enregistrés dans le monde. Le taux de mortalité est de 4,6 % (536 000 personnes). Le taux d’incidence aux États-Unis est de 2,9 millions de personnes, en Russie il est de plus de 681 000 personnes, tandis qu’au Kazakhstan il est de 48 800 personnes. Le taux de mortalité aux États-Unis est de 4,4 %, 1,5 % en Russie et 0,5 % au Kazakhstan, a déclaré le ministère. Selon la carte COVID-19 de l’université Johns Hopkins, le Kazakhstan se classe au 35e rang mondial pour les cas confirmés, a indiqué le ministère de la santé.

“Le Kazakhstan mène en permanence un programme de tests de masse. Au total, 1 631 817 tests de laboratoire COVID-19 ont été effectués (8 746 pour 100 000 personnes), avec les résultats suivants : 48 874 ont été testés positifs, 1 582 943 ont été testés négatifs. Selon worldometers.info, le Kazakhstan est aujourd’hui le 19e pays au monde en termes de tests de population, le 54e en termes de nombre de cas positifs pour 1 million de personnes et le 113e en termes de mortalité. La différence entre ces indicateurs montre l’efficacité des mesures prises dans le pays.

Ces statistiques internationales démontrent donc la dynamique toujours modérée de la situation épidémiologique au Kazakhstan”, a repris le service de presse.

Les mesures de quarantaine au Kazakhstan, qui dureront du 5 au 19 juillet, comprennent l’interdiction d’organiser des rassemblements de masse, ainsi que des événements familiaux et des mémoriaux. Les salons de beauté, les coiffeurs, les gymnases, les centres de remise en forme, les piscines, les marchés couverts, les plages, les parcs aquatiques, les installations culturelles, les centres de divertissement, les installations religieuses, les cinémas, les jardins d’enfants, les camps de santé pour enfants et d’autres institutions suspendront leurs activités pendant cette période.

Au moins 80 % des employés des institutions publiques, des bureaux, des entreprises nationales et d’autres organisations continueront à travailler à distance.

La circulation des personnes sera limitée à des groupes de trois personnes ou moins. Les centres médicaux, les pharmacies, les épiceries et les marchés ouverts continueront à fonctionner pendant cette période.

Les restaurants de plein air, les installations de construction et industrielles à cycle de production continu, les travaux agricoles et de construction en plein air continueront à fonctionner dans le cadre de mesures sanitaires et de désinfection renforcées.

Le service automobile et l’entretien des appareils continueront également à fonctionner.

Le trafic aérien international se poursuivra sans que la liste des pays ne soit allongée. Dans le même temps, les vols aériens et les trains intérieurs seront limités. Les services d’autobus interrégionaux et les autobus urbains sont suspendus pendant la période de quarantaine.