15 août 2020

Le Kazakhstan célèbre le jour de deuil national des victimes du coronavirus

NUR-SULTAN, Kazakhstan – Le lundi 13 juillet, un jour de deuil national pour les victimes de la pandémie COVID-19 a été observé au Kazakhstan. Les drapeaux de l’État sont abaissés, les divertissements sont annulés, le réseau de diffusion de la télévision et de la radio dans le pays est modifié.

Président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev et des fonctionnaires se sont réunis devant la résidence Akorda pour commémorer les victimes de la pandémie de coronavirus par une minute de silence à 12 heures. 00, a déclaré le service de presse d’Akorda le 13 juillet. La cérémonie a été retransmise en direct sur les chaînes républicaines.

Depuis le début de la pandémie au Kazakhstan, environ 60 000 cas de COVID-19 ont été identifiés, plus de 34 000 personnes se sont rétablies et 375 personnes sont décédées. En plus du coronavirus, il y a une épidémie de pneumonie dans le pays. En juin seulement, 628 personnes sont mortes de pneumonie au Kazakhstan.

En attendant, Michael RyanLe directeur exécutif du programme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré que l’épidémie de pneumonie observée au Kazakhstan ces derniers jours est presque certainement un “coronavirus mal diagnostiqué”, a rapporté Deutsche Welle. M. Ryan a noté que le taux d’incidence élevé dans le pays confirme la théorie de l’OMS. Selon lui, l’Organisation mondiale de la santé va maintenant, en collaboration avec les autorités du pays, commencer à travailler sur le contrôle des rayons X et sur une étude détaillée des cas de pneumonie afin de vérifier s’il s’agit ou non d’un coronavirus.

Le 9 juillet, l’ambassade de Chine au Kazakhstan a annoncé dans un WeChat public qu’il y avait une épidémie de pneumonie d’origine inconnue au Kazakhstan. En référence à la déclaration de l’ambassade, des informations ont été publiées par les médias chinois et mondiaux. Le ministère kazakh de la santé a démenti cette information.

Le 10 juillet, lors d’une réunion gouvernementale élargie, M. Tokayev s’est adressé au ministre de la santé du Kazakhstan Alexei Tsoien demandant : “Il y a eu des rumeurs selon lesquelles une pneumonie de nature inconnue sévit dans notre pays, ce qui, bien sûr, n’est pas pris en compte dans nos statistiques. De quel type de pneumonie s’agit-il, est-elle vraiment présente ou non ? Et quel est le taux de mortalité dû à cette pneumonie ?

Tsoi a expliqué qu’au cours du premier semestre de l’année, 1 772 Kazakhstanais sont morts de pneumonie ; pour la même période de l’année dernière, 1 780 décès dus à la maladie ont été enregistrés. Dans le même temps, en juin 2020, le nombre de décès dus à la pneumonie a été multiplié par 2,3 et s’est élevé à 628 cas ; en juin de l’année dernière, il y avait 274 cas de ce type.

Cependant, certains médecins kazakhs estiment qu’il est temps que le ministère de la santé cesse de jouer avec les statistiques des cas de COVID-19. “Les cas de pneumonie atypique devraient être inclus dans les statistiques des patients atteints de coronavirus au Kazakhstan”, – neurochirurgien, maître de santé, chef du département de neurochirurgie de l’hôpital clinique central JSC Mynzhylyki Berdikhozhdaev a écrit sur sa page Facebook.

Les statistiques sur les coronavirus sur le site officiel coronavirus2020.kz, selon le médecin, ne sont pas vraies.

Ainsi, selon la commission interdépartementale et selon les statistiques du site internet coronavirus2020.kz, au Kazakhstan le 13 juillet, 375 décès dus à des coronavirus ont été enregistrés.

Selon Berdikhodzhaev, ces statistiques n’incluent pas les cas mortels d’une épidémie de pneumonie au Kazakhstan, qui “peut être qualifiée sans risque de pneumonie atypique”.

“La pneumonie atypique est aujourd’hui causée par le COVID-19. Ce fait doit être reconnu (adopté)”, a déclaré le médecin, qui a ajouté : “Il faut arrêter de jouer avec les statistiques”.