4 août 2020

Le Japon prévoit de mettre fin à l’état d’urgence à Tokyo et envisage un nouveau plan de relance de 930 milliards de dollars

Le Japon cherche à lever l’état d’urgence pour Tokyo et les autres zones encore soumises à des restrictions, tout en envisageant de nouvelles mesures de relance d’une valeur de près d’un trillion de dollars pour aider les entreprises à surmonter la pandémie de coronavirus, a indiqué lundi le Nikkei.

Le 14 mai, les barrières sociales ont été levées dans la majeure partie du pays en raison de la baisse des nouvelles infections, mais le gouvernement avait gardé Tokyo et quatre autres préfectures sous surveillance.

Le gouvernement demandera l’approbation des principaux conseillers pour la levée lundi. Si elle est approuvée, le Japon n’aura plus de régions sous l’état d’urgence, qui a été instauré pour la première fois le 7 avril.

Le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, a déclaré que la capitale passerait rapidement à la “première étape” de la levée des restrictions si le gouvernement mettait fin à l’état d’urgence. Cela permettrait aux bibliothèques et aux musées de rouvrir et aux restaurants de rester ouverts jusqu’à plus tard dans la soirée. Les étapes suivantes verraient la réouverture des théâtres, des cinémas et des champs de foire.

Alors que la troisième économie mondiale a échappé à une explosion avec quelque 17 000 infections et 825 décès à ce jour, l’épidémie l’a fait basculer dans une récession et a plongé la popularité du Premier ministre Shinzo Abe à son plus bas niveau depuis plusieurs années.

Un sondage réalisé par le journal Asahi le week-end dernier a montré que le taux de soutien d’Abe était de 29 % – le plus bas depuis son retour au pouvoir fin 2012 – et que le taux de désapprobation était de 52 %. Les résultats reflètent un sondage du journal Mainichi publié samedi.

Abe tiendra une conférence de presse à 18 heures (0900 GMT), où il devrait annoncer le plan pour lever l’état d’urgence.

Pour soutenir une économie en voie de connaître le plus profond marasme de l’histoire de l’après-guerre, le gouvernement envisage de nouvelles mesures de relance d’une valeur de 100 000 milliards de yens (930 milliards de dollars), comprenant principalement des aides financières aux entreprises, a déclaré le journal Nikkei.

Ce paquet, qui sera financé par un deuxième budget supplémentaire, ferait suite à un plan de dépenses record de 117 000 milliards de yens déployé le mois dernier.

Les dépenses combinées porteraient le total des mesures de relance en réponse à la pandémie à environ 40 % du produit intérieur brut du Japon.

A lire également : Coronavirus en direct : 138 845 cas en Inde ; les Etats-Unis imposent une interdiction de voyage au Brésil

Le nouveau paquet comprend 60 000 milliards de yens pour étendre les programmes de prêts que les institutions financières publiques et privées offrent aux entreprises touchées par le virus, a déclaré le Nikkei. 27 000 milliards de yens supplémentaires seront mis de côté pour d’autres aides, y compris des injections de capitaux pour les entreprises en difficulté, selon le document.

Le gouvernement devrait approuver le budget, qui comprendra également des subventions pour aider les entreprises à payer les loyers et les salaires, lors d’une réunion du cabinet mercredi.

L’économie japonaise est entrée en récession au cours du dernier trimestre, et les analystes prévoient une nouvelle contraction de 22 % en avril-juin.

La douleur croissante causée par la pandémie oblige le gouvernement à ajouter à l’énorme dette du Japon, qui est déjà deux fois la taille de son économie, pour payer de gros plans de dépenses.

En avril, la Banque du Japon a renforcé sa stimulation monétaire pour le deuxième mois consécutif et s’est engagée à acheter autant d’obligations que nécessaire pour maintenir les coûts d’emprunt à zéro.