19 octobre 2020

Le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty met fin à ses activités en Inde et fait l’objet de harcèlement

Le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International a cessé son travail en Inde mardi, affirmant que le gouvernement du premier ministre Narendra Modi avait gelé ses comptes bancaires, l’obligeant à licencier du personnel.

“C’est la dernière en date des chasses aux sorcières incessantes des organisations de défense des droits de l’homme par le gouvernement de l’Inde sur des allégations non fondées et motivées”, a déclaré Amnesty dans un communiqué.

Amnesty a condamné à plusieurs reprises ce qu’elle considère comme une répression de la dissidence en Inde. Le groupe a déclaré que le gouvernement avait cherché à le punir après avoir mis en évidence les violations des droits de l’homme au cours des derniers mois dans la région contestée du Jammu-et-Cachemire, ainsi que l’absence de responsabilité de la police lors des émeutes de Delhi en février.

Le gouvernement indien n’a jusqu’à présent pas commenté les allégations d’Amnesty. La Russie est le seul autre pays où Amnesty a été contrainte de fermer complètement ses portes après l’intervention du gouvernement.

Le groupe a déclaré qu’il continuera à se battre dans ses affaires juridiques en Inde.